Nicolas Maduro a promis des "gouttes miraculeuses" contre la Covid-19 et les distribue dans tout le pays. Dommage que l'Académie nationale de médecine soit moins enthousiaste.

 Nicolas Maduro à la télévision avec du Carvativir en janvier 2021 à la télévision
Nicolas Maduro à la télévision avec du Carvativir en janvier 2021 à la télévision © AFP / JHONN ZERPA

Le Venezuela de Nicolás Maduro ne cessera jamais de m’étonner. Cette fois-ci, le régime a décidé de distribuer dans toutes les pharmacies du pays, publiques et privées, ainsi que dans tous les hôpitaux son médicament miracle contre la Covid-19.

Il s’appelle le Carvativir et le mot « médicament miracle » n’est pas ironique de ma part, ce sont les mots employés par Nicolás Maduro lui-même en annonçant la distribution massive de ce remède "made in Venezuela".

Le président vénézuélien assure que le Carvativir a été testé neuf mois durant sur des malades très graves « et intubés » et que son efficacité est de 100%. Maduro parle même de « l’énorme charge antivirale » de ce don du Venezuela au monde.

Un médicament à base d'huiles essentielles

Il s’agit d’une association de substances issues d’huiles essentielles de plantes comme l’origan ou le thym. Nicolás Maduro, lui, présente ce remède comme les « petites gouttes miraculeuses de José Gregorio Hernández ».

Là, il faut prendre un peu de temps : José Gregorio Hernández est un médecin catholique du XIXe siècle, une sorte de médecin des pauvres que le Vatican a déjà béatifié et qu’il s’apprête même à canoniser. Son culte est extrêmement populaire au Venezuela.

D’un côté Maduro assure que toutes les étapes scientifiques ont été respectées et, de l’autre, il a recours au registre du miracle catholique, voire à celui de la communion : il faut 10 gouttes sous la langue toutes les 4 heures, presque comme une hostie.

L'Académie de médecine vénézuélienne vent debout 

Pour le coup, la communauté scientifique vénézuélienne est unanime : l’académie nationale de médecine a publié un communiqué cinglant expliquant, je cite, que « cette académie n’a connaissance d’aucune étude démontrant l’efficacité de ce traitement. »

La même académie de médecine explique, par ailleurs, qu’aucune preuve scientifique que le Carvativir était efficace contre la Covid-19 ne lui a été présentée. Elle exige donc au gouvernement ne pas communiquer sur ce produit… Elle n’a pas été écoutée.

Par ailleurs, des journalistes indépendants se sont penchés sur le laboratoire pharmaceutique qui produit cette substance, Labfarven. Une entreprise totalement inconnue qui, il y a encore quelques mois, était spécialisée dans les pièces de rechange automobiles.

Un mépris abyssal pour le peuple vénézuélien

Pour des raisons strictement politiques ! Le Venezuela avoue un peu plus de 1 800 morts de la Covid-19 alors que son voisin colombien en est presque à 67 000. Autrement dit, le Venezuela ment colossalement. Son économie est par ailleurs dévastée par les pénuries.

Et par l’hyperinflation mesurée à 2 355% l’année dernière. C’est simple : en termes de PIB par habitant, le Venezuela est désormais passé derrière Haïti, selon un rapport du FMI datant de début avril.

Dans ces conditions épouvantables la meilleure défense reste l’attaque, donc promettre et distribuer ces fameuses « gougouttes miraculeuses » en espérant que l’ignorance et le désespoir fera le reste. Au fond, quel mépris abyssal pour le peuple vénézuélien !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.