On fête la Saint Valentin avec un diamant russe

Ou plutôt sibérien... Il fallait le mériter celui-là : la mine est située en Yakoutie, à l'extrême est de la fédération de Russie, un coin où la température descend souvent en dessous de 30 voire de 40°C. Bref un enfer d'où l'on extrait des merveilles.En l'occurrence, un diamant brut de presque 122 carats valant 1,5 millions de dollars à la revente et d'une belle couleur translucide à reflets jaunes. Pour vous donner une idée : un cube de cristal de 3 cm sur 3 cm, environ. Tout a été fait pour l'extraire pour la Saint Valentin.

Mission accomplie devant un parterre d'officiels et de caméra, histoire de rappeler que la Russie est devenue, en septembre 2015, le 1er producteur mondial de diamant brut devant le Botswana. Et ce malgré les sanctions économiques. Sauf que le Botswana ne pouvait laisser passer pareil affront sans réagir...

D'autant que le diamant russe, c'est de la roupie de sansonnet si on le compare au diamant extrait en novembre 2015 dans ce pays d'Afrique australe. Rendez-vous compte : un diamant brut de 1 111 carats. 10 fois plus gros.

C'est simple, c'est le plus gros diamant découvert depuis un siècle et le second plus gros de l'histoire, après le Cullinan, extrait en 1905 et qui faisait 3 106 carats bruts ! Seulement voilà, il a été bêtement découvert en novembre, très loin de la fête des amoureux.

Diamant
Diamant © Radio France / Jürg

Comment battre les Russes à leur propre jeu médiatique ? C'est simple : le Botswana a lancé un concours via internet pour lui trouver un nom à temps pour la Saint Valentin. 11 000 mails et un milliers de tweets plus tard, le nom a été dévoilé le 14 février. Ce sera le « Lesedi la rona », ce qui en setswana signifie « notre lumière ». Le gagnant a remporté 25 000 pula, environ 2 000€.

Des chiffres qui font rêver mais la réalité de ceux qui vivent autour de ces mines, elle, est moins féérique.

Prenez le cas de la mine de Marange, au Zimbabwe. L'exploitant avait promis d'investir 10 millions de dollars dans les systèmes d'irrigation alentours. Seuls 400 000$ ont été versés.

Trop peu pour éviter la disette et ce alors que la mine produit à elle seule entre 10 et 13% de la production mondiale de diamant bruts. Autrement dit, les paysans de Marange sont littéralement entourés de diamants et n'en tirent aucun avantage, sinon la misère.

Une revue de presse en forme de tour du monde de la Saint Valentin

En commençant par l'Italie où repose dans une chasse de cristal le vrai St Valentin, en Ombrie, dans la basilique de Terni. Or ce weekend, les habitants se sont révoltés contre l'idée saugrenue de l'évêque de prêter le Saint à la cathédrale du coin, 5kms plus loin.

Sit-ins, cris dans la Basilique, hurlements en pleine messe : ils ont finalement obtenu gain de cause : le saint n'a pas bougé pour le 14 février. C'est La Stampa qui le raconte.

Le quotidien panarabe Asharq Al Awsat , lui, rapporte qu'en Iran, la Saint Valentin a été ajoutée par certains dignitaires chiites à la liste des fêtes interdites, parce que non islamiquement correctes.

Même topo au Pakistan, où c'est le president du pays, Mamnoon Hussain qui a prié ses compatriotes d'ignorer la Saint Valentin, pour des raisons tout aussi religieuses. Un conseil que les Pakistanais, comme les iraniens, se sont empressés de ne pas suivre. Les Emiratis non plus d'ailleurs. Dubaï est un centre commercial d'importance mondiale, notamment pour la bijouterie. La Saint Valentin est donc une date cruciale pour les affaires. Ca méritait bien un article en une du quotidien local The National .

Racontant en une l'histoire d'amour de Ayat, 24 ans, et Emad, 27 ans, tout deux Yéménites et bénévoles pour le Croissant rouge. Une belle histoire d'amour en pleine guerre alors que les Emirats Arabes Unis sont partie prenante, ça s'appelle de la propagande.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.