C'est la belle histoire d'une pépite bio italienne, ReiThera, qui devrait mettre sur le marché un vaccin contre la Covid dès cet été. Une "biotech" très soutenue par Rome dans un pays qui se mobilise entièrement contre la pandémie.

L’histoire est belle comme une petite entreprise pharmaceutique innovante nichée dans les environs de Rome. A peine quelques années d’existence mais de solides références scientifiques et un seul but : créer des vaccins contre les maladies émergentes.

Cette pépite s’appelle ReiThera et, sitôt la Covid19 devenue une pandémie, ses collaborateurs ont mis les bouchées doubles. Ils ont été immédiatement soutenus par l’État italien qui a investi 81 millions d’euros dans l’affaire. Sans barguigner.

Résultat : les premiers tests de leur candidat-vaccin montre une efficacité de 90% tout en étant parfaitement toléré. En plus, il s’agit d’un vaccin « classique » donc facile et peu cher à produire. Si les phases deux et trois se passent bien, il sera disponible à l’été.

Une soixantaine de candidats vaccins dans le monde

Il y a dans le monde une soixantaine de candidats-vaccins en préparation en plus de ceux déjà distribués. Or la multiplication des vaccins qui arriveront à différents moments est plutôt une bonne nouvelle : cette diversité est même cruciale.

Surtout lorsqu’on sait qu’on devra se battre contre plusieurs variants. Donc le vaccin italien de ReiThera fera partie de la solution. Le problème est ailleurs : il est dans la compétition acharnée que les compagnies pharmaceutiques se livrent pour produire et distribuer.

Par exemple, ReiThera a acheté récemment un bioréacteur… Une sorte d’énorme cocotte-minute dans laquelle cultiver le vaccin pour ensuite le produire en masse. Sauf qu’il faut des mois d’attente pour les sacs en plastique spéciaux contenant le liquide.

L'armée italienne peut-être mobilisée

Sauf que l’Italie a peut-être quelques avantages sur ses compétiteurs : elle est d’abord la deuxième puissance industrielle de l’Union européenne. Une industrie, en plus, extrêmement diversifiée et souvent même à la pointe de la recherche, comme ReiThera.

Ensuite, il y a une particularité italienne qui pourrait se révéler très utile : l’armée. En Italie, l’armée a des capacités de production de médicaments stratégiques, dont les vaccins. Elle a des labos, des scientifiques spécialisés et… des lignes de production.

C’est une vieille histoire : depuis la fin de la 2nde guerre mondiale, l’armée italienne a voulu produire les médicaments dont ses soldats et la population italienne pourraient avoir besoin en cas de conflit. Or, cette pandémie, c’est la guerre !

Forza Italia !

Il y a encore loin de la coupe aux lèvres, ou plutôt de la fiole au bras. Mais cette histoire de parfait alignement entre une industrie innovante, un État qui soutient ses pépites et une armée en ordre de bataille est un baume sur l’orgueil blessé de l’Italie.

L’Italie dont on doutait – à tort - en France début 2020 des capacités hospitalières, s’est mobilisée. Elle fait même figure de pionnière en termes de vaccination : il y a, par exemple, deux fois plus d’Italiens ayant reçu deux doses vaccinales que de Français.