En Iran comme ailleurs, la bicyclette reprend du service dans toutes les grandes villes du pays.

Les Iraniennes peuvent-elles faire du vélo ?
Les Iraniennes peuvent-elles faire du vélo ? © AFP / ATTA KENARE

Et notamment à Téhéran, qui est connue pour être une des villes les plus polluées et embouteillées au monde. Téhéran où des pistes cyclables ont même été aménagées et où un système de vélo en partage a été promis aux habitants, pour bientôt.

Or de plus en plus de femmes s'y mettent avec aplomb et avant même, bien sûr, d'en avoir référé aux autorités profitant d'une sorte de vide religieux : personne n'avait pensé légiférer sur le sujet. C'est vrai qu'à l'époque du Prophète, la question se posait moins.

Les ayatollahs se sont saisis de la question

Mais en plusieurs temps. Dans un premier temps, celui de l'ayatollah cool : « les femmes peuvent parfaitement pédaler du moment qu'elles ne violent pas le code vestimentaire féminin ». Autrement dit, oui au vélo mais en tchador ! C'est révolutionnaire comme décision, même si faire du vélo en tchador par 40 degrés ou à pleine vitesse peut se révéler être un défi à toutes les lois de la physique ! Mais ni une, ni deux des centaines de femmes se sont engouffrées dans la brèche !

Ça n'a pas empêché certaines villes de l'interdire absolument : à Marivan, dans l'ouest du pays, des femmes ont même été arrêtée pour avoir défié les lois de la gravitation à bicyclette et en tchador. Elles ont été libérées le jour même, je vous rassure.

Même le guide suprême est intervenu dans le débat

Parce que les cyclistes Iraniennes ont ressorti une vieille déclaration d'Ali Khamenei qui semblait leur donner raison. Il a donc fallu qu'il précise sa pensée : selon lui, « les femmes peuvent faire du vélo, du moment que ce n'est pas en public ».

Une fatwa qui est un modèle de jésuitisme : le vélo oui mais pas si l'on peut vous voir. En appartement en somme. Mais se qui est drôle, c'est que loin de décourager les iraniennes, cette fatwa fait l'objet d'une interprétation tout aussi hypocrite.

En fait, ce que le Guide à voulu dire, c'est que le vélo n'est mauvais pour les femmes que lorsqu'il a des conséquences morales mauvaises. Sinon, c'est licite ». Et hop, les revoilà grimpée sur la petite reine avec cette explication en bandoulière ! Résistance !

  • L'incendie de la #GrenfellTower occupe ce matin toutes les unes du pays

Avec un bilan qui reste pour le moment de 12 morts et d'un soixantaine de blessés mais dont certains journaux, comme le Guardian, pensent qu'il pourrait être beaucoup plus élevé que cela, allant jusqu'à avancer une centaine de victimes.

Le Times se jette carrément dans la polémique en publiant un long édito sans ambiguïté : « un incendie tel que celui de la Glenfell Tower n'aurait jamais dû avoir lieu » et le journal s'en prend tout d'abord à cette fameuse consigne : « restez calfeutré chez vous ».

En attendant les secours. « Une consigne qui ne vaut que si les secours ont devant eux un immeuble bien conçu pour résister aux flammes. Or dans ce cas, cette consigne s'est révélée catastrophique ». Pire encore, les mesures anti-incendies sont insuffisantes.

Pour le Sun, l'heure n'est pas encore aux polémiques, mais à l'hommage aux pompiers de la capitale : « les pompiers londoniens ont vraiment et absolument montré ce que signifiait que le véritable courage, quelques jours après l'attentat de London Bridge ».

Le Daily Mail est pus accusateur : « combien devront encore mourir avant que les tours ne soient sûres » et il ajoute : « même s'il faut attendre les faits, il est clair que les entreprises, les villes et les ministres devront faire face à des questions difficiles ».

Programmation musicale
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.