Le TGV japonais vient de montrer son dernier modèle : le N700S. Il devait accompagner le triomphe de JO de Tokyo... jusqu'à leur report.

Quand le Shinkansen va...
Quand le Shinkansen va... © Getty / Wolfgang Kaehler

Direction le Japon ce matin, où l'on a présenté le tout nouveau TGV, ou Shinkansen, comme on dit là-bas ! Celui-là s'appelle le N700S et il s'agit bien d'une toute nouvelle génération de train à grande vitesse : c'est la 1ère fois depuis 13 ans que tous les aspects de ces bolides sur rail si japonais ont été entièrement revus :

Vitesse commerciale : 285 km/h. Pas mieux par rapport à la version précédente mais tout le reste a été amélioré. A commencer par le confort : les sièges disposent tous d'aménagements pour portable ou tablette et ils s'inclinent intuitivement en douceur.

Même les toilettes ont été repensées pour une population plus âgée et en quête de confort : elles disposeront d'un espace accru de 20%. Le voyage inaugural aura lieu le 1er juillet prochain entre Tokyo et Osaka. Samedi, c'était la présentation à la presse.

Le rail, une passion japonaise

Il y a toujours du monde pour les trains au Japon, c'est une passion locale. Mais le cœur n'y était pas. Il faut comprendre : tout avait été calculé pour que ce train ultra-moderne soit l'emblème des JO de Tokyo :

L'excellence japonaise sur rail devait transporter pour les Jeux olympiques les millions de touristes ébaubis. Et ce n'était même pas la seule innovation ferroviaire : le Japon prépare aussi un train à sustentation magnétique. Un "maglev" qui pourra atteindre les 640km/h en vitesse de pointe. Mais depuis, les JO ont été reportés.

Une torpeur économique qui dure depuis 30 ans

D'abord, bien malin qui pourra dire à quoi ressembleront ces « Jeux olympiques simplifiés » promis par les organisateurs alors que nous disposons ni d'un vaccin contre le Covid-19, ni même des traitements adéquats.

Ensuite, il y a le Japon qui a du mal à sortir de la torpeur économique dans laquelle il est plongé depuis les années 90. Croissance molle, inflation au plus bas, taux d'intérêts dérisoires et dépopulation.

Le Japon vient d'ailleurs d'entrer en récession – une des plus sévères de son histoire. Et ce, alors que le pays n'a jamais entièrement confiné sa population et que l'épidémie est très loin d'avoir atteint les proportions de la France !

Un bilan pandémique plus qu'honorable

Environ 17 500 cas pour un total de 925 décès. Ce qui est une prouesse lorsqu'on sait que 90% des victimes du coronavirus ont plus de 65 ans et qu'en proportion, le Japon compte une des populations âgées les plus nombreuses au monde.

C'est simple : le nombre de Japonais décroît d'un demi-million par an. Le tout n'est même pas compensé par l'embauche d'immigrés : 3 millions d'étrangers vivent au Japon, soit un petit 2% de la population.

Autrement dit, le nouveau Shinkansen, qui devait symboliser la réussite technologique de l'archipel, ressemblera plutôt à sa population : il ne bat plus de record de vitesse, mais il est si confortable, si pratique et tellement silencieux.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.