Le débat des candidats démocrates à la primaire continue de faire la une aux Etats-Unis

Et le vainqueur est... Hillary Clinton qui a dominé de la tête et des épaules un débat à Las Vegas où il n'y avait pas vraiment d'enjeu, hormis faire chuter la reine Hillary. Et rien n'y a fait. Elle a tenu bon.

Il suffit de lire les unes : « L'expérience paie pour Hillary Clinton » pour USA Today, « Clinton et Sanders dominent le débat » pour le Washington Post , ou encore « Hillary Clinton renvoie Sanders dans les cordes au cours d'un débat vif ».

Le Sanders en question est le seul opposant sérieux d'Hillary Clinton, le seul aussi qui soit inéligible : marqué à gauche. Par contraste, c'est donc Hillary Clinton qui s'impose. Mais le plus intéressant, c'est que ce succès d'Hillary Clinton élimine aussi Joe Biden.

Tous les quotidiens le notent : depuis des mois qu'elle était empêtrée dans l'enquête sur ses emails personnels – affaire que personne ne comprend plus, aux Etats-Unis et ailleurs – certains voyaient en Joe Biden un candidat naturel de substitution.

Lui-même avait semblé y croire, multipliant les dîners, les rencontres, les fuites. Mais le fait qu'Hillary s'en soit si bien tirée lors du débat a refroidi ses partisans. Comme le dit le New York Times , le téléphone a, tout à coup, cessé de sonner chez Joe Biden.

C'est le Washington Post , la bible des politiques américains, qui est le plus dur : « Joe Biden a laissé passer sa chance : pendant des mois, il a différé sa décision et maintenant qu'Hillary est de retour, sa candidature est morte née, en une nuit de débat ».

Une histoire grecque et qui sent le pain chaud

Réfugiés à Kos
Réfugiés à Kos © Reuters / Alkis Konstantinidis

Lundi je vous parlais d'un boulanger costaricain, héros de la nation. Aujourd'hui, c'est l'histoire d'un boulanger grec qui m'a touché. Il s'appelle Dionysos Arvanitakis, il a 76 ans et vit sur l'île de Kos, au large de la Turquie.

C'est-à-dire que depuis quelques mois, il vit en enfer : c'est sur cette île grecque que débarquent beaucoup des réfugiés syriens. C'est sur une plage de Kos que l'on a retrouvé le petit Aylan, mort noyé début septembre et dont la photo a fait le tour du monde.

Dionysos n'a pas supporté cette détresse humaine et il a décidé d'aider en faisant ce qu'il fait le mieux : du pain et des gâteaux. Tous les jours, il confectionne 100kg de pains et les distribue avec sa camionnette. Les gâteaux, c'est pour les enfants des réfugiés.

Il le fait aussi parce qu'il a été lui-même un réfugié.__ Exactement : dans les années 20 du siècle dernier, des millions de Grecs installés en Turquie ont dû quitter leurs maisons, leurs terres et se réfugier en Grèce. Un traumatisme pour Dionysos et sa famille et il a donc décidé d'aider sans compter.

Et son exemple a fini par faire école : des boulangers du nord de la Grèce se sont unis pour collecter des centaines de kilos de pain et de pâtisseries qu'ils sont allés eux-mêmes distribuer. Hier, c'était 540kg de miches et de pâtisseries pour les migrants.

Il faut dire que les besoins sont énormes : on estime que 7 000 réfugiés arrivent tous les jours en Grèce. Et il n'y pas que des boulangers pour aider : des pêcheurs aussi, comme Kostas Pinteris, de l'île de Lesbos, qui a arrêté les poissons pour repêcher des réfugiés.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.