La campagne électorale indienne est celle de tous les superlatifs : 900 millions d'électeurs et 2 300 partis enregistrés. Mais aussi une nouveauté : une mini-série de 10 épisodes dédiée au Premier ministre actuel, Narendra Modi.

On l'a beaucoup dit, mais les élections législatives indiennes restent un moment fort de l'actualité de toute l'humanité. 2 300 partis enregistrés, plus de 8 000 candidats pour moins de députés qu'en France, 543, et surtout 900 millions d'électeurs !

Ce qui signifie qu'un être humain sur huit se rend aux urnes pour les élection les plus importantes de l'Histoire. Avec cette année un enjeu particulièrement important : la nationaliste hindou Narendra Modi, et son parti le BJP, fera-t-il un second mandat ?

Il y a encore quelques mois, la question paraissait saugrenue tant Modi est populaire et son parti hégémonique. Puis des élections intermédiaires sont venues dans 5 Etats clés, en décembre dernier, et le Parti du Congrès, celui de Nehru, a fait de très bons scores.

Tous les coups (médiatiques) sont permis

Disons que Narendra Modi, qui pensait tranquillement faire une campagne de père de la Nation indienne, a dû accélérer et innover. Il a l'habitude : en 2014, c'est lui qui a inventé et appliqué le concept de l'hologramme électoral : partout à la fois en 3D.

L'idée était si bonne qu'elle a ensuite été reprise par... Jean-Luc Mélenchon en 2017. En oubliant le caractère magique et religion que ces apparitions pouvaient avoir en Inde. Mélenchon n'est pas Shiva ! Cet année donc, l'idée c'est de mobiliser Bollywood.

Bollywood, première industrie du film au monde, plus de 700 films produits par an – trois fois plus qu'en France – et surtout des acteurs aussi révérés que des Dieux du panthéon indien. Donc 1ère idée : faisons de Narendra Modi un personnage de série télé :

Un bio-pic qui fleure bon la culte de la personnalité

Un bio-pic totalement hagiographique en 10 épisodes dont le premier vient à peine d'être diffusé sur la plateforme vidéo indienne Eros Now et, comment dire, un bio-pic qui fleure bon le culte de la personnalité le plus évident

Le Titre ? Narendra Modi, parcours d'un homme du commun. Tout est fait pour encenser celui qui marche vers le pouvoir, fort de ses retraites religieuses, de ses épreuves, de ses convictions, le tout au service – on vient de l'entendre – du peuple indien.

Bollywood en campagne électorale !

C'est vrai. Même si les grandes dynasties d'acteurs et de réalisateurs – les Kapoor et les Khan – tentent de rester discret. Mais, traditionnellement, c'est le Parti du Congrès qui attire la lumière avec sa dynastie presque bollywoodienne des Nehru-Gandhi :

Mais cette fois-ci, pas question de laissez le terrain à Rahul Gandhi, fils de Rajiv, lui même fils d'Indira, elle-même fille de Nehru ! Modi a rencontré tout ce qui compte à Bollywood, histoire de mettre un peu de rêve – et donc de cinéma – dans sa campagne.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.