A Rovaniemi, village officiel finlandais du Père Noël, les elfes sont au chômage et Santa Klaus se morfond. C'est d'autant plus injuste que le pays a l'un des meilleurs bilans européens face à la pandémie de Covid19.

Le Père Noël à Rovaniemi (Finlande)
Le Père Noël à Rovaniemi (Finlande) © AFP / Jonathan Nackstrand

Ça ne va pas fort du côté de Rovaniemi, capitale de la Laponie qui, selon le site internet de cette ville située à quelques kilomètres du cercle polaire, serait la capitale officielle du Père Noël.

Il faut comprendre que cette petite cité boréale est devenue en quelques décennies le centre d’une activité touristique pesant 500 millions d’euros ! Or, les restrictions dues à la pandémie de Covid19 ont brisé cette prospérité !

Il n’y guère que sept pays au monde dont les habitants peuvent entrer sans problème en Finlande, dont ceux du Rwanda et du Vatican… Ce qui n’aide pas le petit commerce. C’est simple : il y aura cette année 85% de touristes en moins qu’en 2019. Un désastre !

Où est passé l'esprit de Noël scandinave ?

Imaginez des centaines d’elfes désœuvrés, au chômage, enviant les quelques dizaines qui ont encore le droit d’entourer un père Noël sans enfant à écouter ! De plus, les consignes sont strictes : tous les elfes doivent porter le masque, partout et à tout moment !

On est loin de l’esprit de Noël ! Mais il y a tout de même une lueur d’espoir. D’abord, si les touristes internationaux ont déserté la Laponie, les Finlandais, eux, ont peuvent encore visiter le village du père Noël.

Ensuite, il y a cette idée qu’ont eu les édiles de Rovaniemi : pour la modique somme de 79€, il est possible à tous les enfants du monde, de préférence anglophones, d’avoir 5 mn de conversation zoom avec le père Noël. C’est déjà mieux que rien… 

La Finlande a l’un des meilleurs bilans Covid d’Europe !

C’est vrai qu’on se focalise sur la Suède et sa réponse hétérodoxe à la pandémie, alors que les vrais héros sont Finlandais. Avec 84 morts par million d’habitants, la Finlande fait presque 10 fois mieux que la Suède et 11 fois mieux que la France ou les États-Unis.

Ce bon résultat, elle le doit bien sûr à sa faible population, 5 million et demi, dans un espace grand comme l’Allemagne. Mais aussi à sa préparation militaire, au sens propre : le pays, qui a pour voisin la Russie, n’a jamais cessé de stocker du matériel médical et entraîne depuis la Seconde Guerre mondiale sa population à des situations d’urgence. 

Mais il y aussi une dernière explication plus étonnante : la Finlande est dirigée par des femmes…

Le pays où les femmes dominent la politique

Une étude publiée par un centre de recherche lié au Forum économique de Davos a montré que les pays dirigés par des femmes se sont bien mieux comportés face à l’épidémie. C’est évidemment le cas de l’Allemagne d’Angela Merkel. Mais aussi de la Norvège, de l’Islande, du Danemark, de la Nouvelle Zélande et donc de la Finlande qui, en plus, a la particularité d’être le seul pays au monde gouverné par une coalition dont tous les partis-membres sont dirigés par des femmes.

Selon cette étude, c’est la capacité des femmes à travailler en équipe, à coordonner leurs actions avec le terrain et à apporter des réponses volontaristes qui a fait merveille. Et ce n’est pas ce vieux mâle blanc de Père Noël qui a intérêt à les contredire !