A la une de la presse hongroise, la honte

La honte à la une du principal quotidien hongrois Népszabadság : «Même nos petits enfants auront honte » lorsqu'ils se souviendront de la façon dont le gouvernement hongrois traite des centaines de réfugiés qui tentent de passer nos frontières.

L'éditorial du jour n'y va pas par quatre chemins, il accuse Victor Orban , le 1er ministre, de « comportement inhumain », parle de cynisme et ajoute qu'envoyer la police anti-émeute n'est « même pas efficace ». Même ton à la une de Népszava :

« La Hongrie ne devrait pas se croire plus maligne, ou plus dure que les autres pays d'Europe », explique l'édito ce matin. « Envoyer des centaines de policiers risque de n'avoir qu'une seule conséquence : des émeutes et un bain de sang ».

Mais attention, on lit aussi des choses moins rassurantes. Dans Magyar Idök , Lászlo Petrin , un historien, explique « qu'une fois de plus, il revient à la Hongrie de défendre les frontières chrétiennes de l'Europe comme à l'époque de l'expansion ottomane ». « L'Ouest de l'Europe est déchristianisé et dirigé par une gauche libérale qui se fiche de protéger le christianisme. En accueillant des centaines de milliers de réfugiés et de migrants, ils ne voient pas que c'est l'islamisation de l'Europe qui est en marche ».

Une histoire qui résonne aussi en Grande-Bretagne, en Russie et en Finlande

En Grande-Bretagne d'abord, pour se moquer – gentiment – bien sûr, de Sir Elton John. Vous connaissez certainement l'affaire. Le chanteur a lancé ce week-end une sorte d'appel à Vladimir Poutine « pour le rencontrer en tête à tête et lui parler des gays ». Sitôt dit, sitôt fait : lundi il twittait une immense photo du président russe en expliquant, ravi, qu'il avait eu une longue conversation téléphonique avec Poutine. Démenti immédiat de l'intéressé. On sait donc depuis hier le fin mot de l'histoire :

elton john à nouveau papa
elton john à nouveau papa © reuters

Sir Elton John s'est fait avoir par deux comiques russes, Vovan et Lexus, qui se sont fait passer pour Poutine. Le plus gênant pour Elton John, c'est la façon dont il a remercié le président russe : « C'est le plus beau jour de ma vie, vous avez illuminé ma journée ».

L'histoire commence sur les îles finlandaises d'Aland. Un duo de hip-hop suédois, Far and Son , apprend que la Russie y possède un terrain. Donc, c'est le seul endroit de Finlande où l'interdiction russe de toute propagande gay s'applique. Ni une, ni deux, les deux rockers suédois se précipitent sur le lieu et se mettent à construire avec quelques amis une baraque en bois, ajoutent des bancs, des guirlandes électriques, un générateur pour la musique.

Puis ils inaugurent en grande pompe la première boîte gay des îles Aland,L'Huître Bleue . Aussitôt, la présidence russe porte plainte pour violation de propriété. Seulement voilà : la Finlande n'est pas la Russie.

La justice finlandaise enverra sur place des enquêteurs constater l'infraction, puis le juge entendra les deux parties, prendra le temps de la réflexion, décidera probablement d'expulser les occupants... tout cela prendra des semaines, voire des mois.

De longs mois pendant lesquels le groupe de Hip-Hop Far and Son pourra en toute tranquillité organiser des dizaines de fêtes gays à faire trembler les murs deL'Huître Bleue , dans les îles Aland, au nez et à la barbe du président Poutine.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.