Celui de Victor Emmanuel III et d'Ovide.

Ce matin, direction l'Italie avec le retour des restes d'un roi mort en exil...

Victor Emmanuel III, dernier roi d'Italie, mort en exil à Alexandrie en 1947 et inhumé depuis lors dans la ville égyptienne. Ces restes sont donc revenus hier en avion militaire alors que ceux de son épouse, la reine Hélène, sont arrivés vendredi de Montpellier.

Ils ont donc été re-inhumés ensemble dans le sanctuaire de Vicoforte, dans le nord de l'Italie. Rien d'officiel en somme : ce sanctuaire est celui de la maison de Savoie, la dynastie qui a régné sur l'ensemble de l'Italie de 1861 à 1946.

En 1946, je le rappelle, les Italiens ont eu à se prononcer sur la forme de leur Etat, monarchie ou république, et c'est le modèle républicain qui s'est imposé. D'où l'exil des princes, héritiers ou non, de la Maison de Savoie.

Il a fallu tant de temps pour le retour des restes de ce roi, parce qu'il a fauté avec Mussolini, tout bêtement ! En 1922, au lieu de déclarer la loi martiale face à la « marche sur Rome » de dizaines de milliers de fascistes, Victor Emmanuel III les a laissé prendre la pouvoir.

Le fascisme lui convenait très bien. Il a même été imité par le roi d'Espagne de l'époque, Alfonse XIII, qui, en 1923, s'est accommodé de la dictature de Primo de Rivera. Les mêmes causes produisant les mêmes effets : le Bourbon et le Savoie ont dû abdiquer.

Sauf que Victor Emmanuel III a gardé sa couronne une dizaine d'années de plus, qu'il a donc contresigné les lois discriminant les juifs italiens et beaucoup tardé à signer l'armistice avec les alliés. Conclusion : son retour au pays a attendu 70 ans !

Il n'y avait pas mieux qu'une église du nord de l'Italie pour l'inhumer ?

Son arrière petit-fils, lui, rêvait du Panthéon, à Rome. Après tout, Victor Emmanuel II y est inhumé. Sauf que Victor Emmanuel II est un héros de l'indépendance italienne, pas le numéro 3 ! Donc hors de question ! Il y a aussi l'Autel de la patrie : 

Une énorme pâtisserie architecturale en plein Rome pour servir de mausolée aux rois d'Italie (la pièce montée ou la machine à écrire). Sauf que c'est devenu depuis 1946 la tombe du soldat inconnu. Donc se sera Vicoforte : loin des yeux, loin du cœur !

On reste en Italie pour une injustice de 2000 ans qui vient d'être réparée !

Il y a un peu plus de 2000 ans, en effet, l'empereur Auguste bannissait de Rome le poète Ovide, l'auteur des Métamorphoses. Un vrai bannissement puisqu'il a été envoyé au bout de la Méditerranée, dans une petite colonie romaine des bord de la Mer Noire, Tomis.

C''est-à-dire le port roumain aujourd'hui connu sous le nom de Constanta. Il y est mort d'ailleurs, une dizaine d'années plus tard. Eh bien, à l'unanimité, le conseil municipal de Rome a décidé de révoquer ce bannissement, au nom de la « liberté d'expression ».

Il faut dire qu'Ovide avait été exilé pour au moins 3 raisons : ses poèmes érotiques jugés indécents, son mépris de l'empereur qu'il avait eu la mauvaise idée de faire savoir et le fait d'avoir comploter ou participé à un scandale dont on ne saura jamais rien.

Ce n'est pas la 1ère fois qu'un poète italien est ainsi gracié : en 2008, Florence avait révoqué le bannissement de Dante qui datait de 1302. Il est d'ailleurs mort en exil à Ravenne où sa tombe est toujours visible et visitable.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.