Beit El risque de devenir d’ici deux jours la colonie la mieux protégée du monde.

C’est le journal Haaretz qui a dégainé en premier. Deux jours avant l’investiture de Donald Trump le quotidien fait un gros plan sur la colonie favorite de son entourage. Cette colonie s’appelle Beit El. Elle est plantée en face de Ramallah, coté est. Elle compte 6500 habitants. Et des parrains américains qui vont devenir d’ici vendredi, parmi les hommes les plus puissants du monde.

Haaretz rappelle que Beit El a reçu un chèque de 10 000 dollars du futur président américain. La famille de son beau-fils, pressenti pour s’investir dans les discussions de paix avait donné 20 000 dollars il y a 4 ans. Et c’est le futur ambassadeur américain en Israël qui a présidé l’association chargé de collecter des fonds pour cette implantation.

Beit El est politiquement très à droite. Les 2/3 des électeurs ont voté pour le parti qui demande l’annexion de la Cisjordanie lors des dernières législatives. L’école religieuse est tenue par un rabbin qui a conseillé aux soldats de désobéir lors du démantèlement de Gaza.

Les liens sont forts entre cette colonie à forte dose idéologique et la nouvelle équipe dirigeante aux Etats-Unis. Cela parle de cette zone d’incertitude qui s’ouvre pour la région avec l’investiture de Donald Trump. Et de ce délicat exercice que devra faire son administration pour tenter de garder son rôle de régulateur dans processus de paix avec un ancrage aussi fort du côté de la colonisation.

Dans la presse, il y a toujours cette affaire de conflit d’intérêt qui empoisonne le Premier ministre et la presse israélienne. Cette affaire dure depuis 15 jours. C’est le feuilleton du moment. Il s’agit d’une enquête judiciaire. elle vise le premier ministre, soupçonné d’avoir à la fois d'avoir reçu des cadeaux d’hommes d’affaires, et d’être entré dans une négociation avec un grand patron de presse autours d’un traitement médiatique plus favorable contre un coup de frein institutionnel donné à un titre de la concurrence.

La presse évoque aussi la mort hier d’un Palestinien de 44 ans dans le nord de la Cisjordanie. D’après l’armée israélienne, il a été abattu après avoir menacé les soldats avec un couteau. Avant-hier un mineur de 17 ans avait été tué dans les heurts avec l’armée dans un village du sud de Bethléem.

Enfin la Russie est-t-elle en train d’élargir sa zone d’influence au Proche-Orient, après le désengagement diplomatique américain et le manque de cohésion européenne ?

Le principal parti palestinien, le Fatah, annonce qu’un pas important a été fait en direction de la réconciliation avec le Hamas. Les différentes factions pourraient travailler à l’élaboration d’un gouvernement d’union nationale et donc d’un processus électoral pluraliste qui est gelé depuis maintenant dix ans. Il faudra vérifier dans les faits. Mais ce que l’on peut noter c’est que les discutions palestinienne ont eu lieu à Moscou et que le Hamas se félicite de cette implication.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.