Par Christian Chesnot

En Suisse, le business des vrais/faux diplômes est florissant

Plutôt que de payer une scolarité coûteuse et de travailler dur pour obtenir un diplôme universitaire prestigieux, il existe une méthode beaucoup plus simple et plus rapide... On appelle ça "les moulins à diplôme", traduction littérale de diploma mills en anglais.

En fait, il ne s'agit pas d'obtenir un faux diplôme d'une grande université ayant pignon sur rue. Non, l'idée c'est de récupérer un titre universitaire authentique, mais d'un établissement qui n'existe pas !

Évidemment, le diplôme n'a aucune valeur, mais il peut peut-être utile pour muscler un CV, surtout à l'étranger.

Le journalLe Temps a mené l'enquête et les résultats de ses investigations sont édifiants. C'est un business discret mais très lucratif. À Lausanne, près de la gare, devrait se trouver l'université privée Saint-Clements...

Or à l'adresse indiqué sur son site internet, il n'y a rien. Pas de campus, même pas une plaque, c'est un établissement bidon qui délivre via Internet des diplômes à tous ceux qui veulent payer.

En Suisse, il existerait une trentaine de pseudo-universités qui vendent ainsi des doctorats ou des masters pour quelques centaines de francs suisses.

Le public visé par ces "moulins à diplôme" est surtout les étudiants d'Asie ou d'Afrique, exclusivement anglophone. En quelques clics et un paiement à distance par carte de crédit, ils obtiennent un MBA en informatique ou un master en sciences économiques.

Évidemment, les Suisses ne sont pas concernés parce qu'ils savent qu'elles sont les université vraiment sérieuses.

Le phénomène ne concerne pas seulement la Suisse, il est international, même si la Suisse est particulièrement visée parce qu'elle accueille des établissements prestigieux.

Le phénomène a pris de l'ampleur avec Internet. Il n'y a pas de chiffre fiable, mais il y aurait 2 000 moulins à diplôme dans le monde, 600 en Europe dont au moins 340 au Royaume-Uni...

Pour attirer le client, ces moulins à diplôme ont leur site internet où on trouve le mot d'accueil du doyen, la devise de l'université, l'association des anciens élèves... et last but not least , révèle le journal Le Temps , vous pouvez même choisir l'intitulé du diplôme dont vous avez besoin !

Le nouveau maire de Londres invite Donald Trump

Pour mettre un terme à la polémique sur l'entrée de musulmans aux États-Unis, Sadiq Khan propose au milliardaire américain qu'il vienne à Londres visiter sa famille, ses amis et ses voisins...

DansThe Independent , le maire de Londres interpelle Trump ...

"Vous verrez qu'ici entre musulmans, chrétiens, juifs, indous, sikhs et boudhistes, ce n'est pas simplement de la tolérance : on se respecte mutuellement, on fait la fête ensemble, on se congratule."

La communauté internationale veut parachuter de l'aide en Syrie

C'est l'idée émise hier à la conférence de Vienne sur la crise syrienne. Le Guardian explique que pour contourner le blocus du régime de Bachar Al-Assad autour de plusieurs villes, un pont aérien serait la dernière option possible pour ravitailler les population assiégées.

Mais le problème, poursuit le journal, c'est que ce type de parachutage coûte cher et délivre beaucoup moins d'aide en volume qu'un convoi terrestre traditionnel...

Vers une légalisation du mariage gay au Mexique

C'est ce que vient de proposer le président Nieto qui souhaite inscrire le mariage pour tous dans la constitution mexicaine. Le Los Angeles Times précise qu'il s'agirait en fait de l'étendre à l'ensemble du Mexique car le mariage gay est déjà en vigueur à Mexico City et dans certains États du pays...

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.