Candidat "officieux" des Démocrates depuis plus d'un mois, Joe Biden ne fait toujours pas campagne. Du coup, c'est Barack Obama qui s'y met... avec fracas !

Joe Biden, vice-président des États-Unis de 2009 à 2017 et candidat pour la prochaine élection présidentielle américaine
Joe Biden, vice-président des États-Unis de 2009 à 2017 et candidat pour la prochaine élection présidentielle américaine © AFP / Mandel NGAN

Direction les Etats-Unis ce matin, où Barack Obama est sorti de sa réserve. Il s'est adressé par vidéo à des étudiants samedi avec le message suivant, je cite : « plus que tout autre chose, cette crise du coronavirus a fait tomber les masques : beaucoup des décideurs d'aujourd'hui ne savent pas ce qu'ils font ».

« Et le pire », poursuit-il, « c'est qu'ils ne font même plus semblant de décider ». Pour ceux qui n'avaient pas bien compris le message, il a rajouté : « faire ce qui fait plaisir, ce qui arrange tout le monde, ce qui est facile, c'est ce que font les gamins ».

« Malheureusement, beaucoup de ceux qu'on considère comme des adultes, avec des titres ronflants et des boulots importants, pensent comme des gamins ». L'allusion a Donald Trump et à ses équipes est évidemment transparente.  

Joe Biden en retrait

Pourtant le candidat démocrate pour l'élection présidentielle de novembre, c'est Joe Biden ! C'est lui qui doit faire campagne et pas Barack Obama qui comme ancien président, est plutôt tenu à une réserve traditionnelle notamment sur son successeur.

C'est donc bien qu'il y a un problème. Et ce problème, on peut le comprendre tout de suite : voilà plus d'un mois que Joe Biden est – virtuellement – devenu l'opposant principal de Donald Trump et pourtant... Rien. Pas le début du commencement d'une campagne sérieuse.

Et ça commence à se voir. Certes au niveau national, il bénéficie toujours d'une avance sur Donald Trump, mesurée à 5 points. Mais on a bien vu avec Hillary Clinton que ça ne suffisait pas ! Or dans quelques Etats cruciaux, Donald Trump mène avec six à sept points d'avance.

Qu'est-ce qu'il attend pour faire campagne ?

A sa décharge, Joe Biden est en train de se reconstruire. Voilà un candidat de centre-gauche, connu pour son expertise internationale qui doit se réinventer en leader crédible d'une économie qui entre dans une des pires crises de son histoire.

Celui qui devait être le candidat du consensus et réunir le parti démocrate autour d'une plateforme très « sociale-démocrate », se retrouve a devoir trouver des solutions pour un pays avec, d'ci un mois, 20% de chômeurs et près de 90 000 morts du coronavirus.

Il a d'ailleurs commencé à mesurer l'enjeu en déclarant, la semaine dernière, qu'il ne faudrait pas seulement « reconstruire l'économie américaine mais la transformer ». Enfin, il a 77 ans : difficile de faire campagne autrement que depuis son garage en cette période !

La réélection de Donald Trump bien partie ?

A priori oui. D'ailleurs Donald Trump a, lui, commencé à attaquer : dans les Etats fragiles, il y a désormais deux fois plus de campagnes publicitaires républicaines que démocrates et ce, tous médias confondus.

Il a aussi trouvé un bon mot : Il l'appelle « Sleepy Joe », une façon pas très élégante de le ramener à son âge. Ce qui est un comble lorsqu'on sait que Donald Trump à 73 ans ! Mais, en fait, tout est encore possible : une réélection aux Etats-Unis est avant tout un référendum sur le président en place. Or, la façon dont Donald Trump gère la crise du coronavirus est très sévèrement jugée par les Américains. Enfin, il y a cet axiome : « It's the economy, stupid ».

Or si l'état de l'économie américaine décide de la reconduction ou non d'un président, Joe Biden à encore toutes ses chances. Il lui manque juste un zeste d'enthousiasme.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.