Le magazine Telquel titre ce matin : "une activité royale est prévue"... un titre d'une perfidie qui frise le crime de lèse majesté pour un monarque absolu en vacances permanentes

La une de l'hebdomadaire marocain Telquel  est assez banale somme toute. La « une » de son site internet, pour être tout à fait précis. On y voit une photo très banale de Mohammed VI, le roi du Maroc, accompagné de ce titre sibyllin : « à Rabat, une activité royale prévue dans le cadre de la rentrée scolaire ».

Ensuite, vient un court article sans aucun intérêt sur ce fameux événement. En fait, il faut être Marocain pour comprendre toute la perfidie de ce titre : pas « des » activités royales, ou « les » activités royales mais mais « une seule et unique » activité royale.

C'est du pur sarcasme et ça n'échappe à personne au Maroc où tout le monde sait que le roi est... comment dire, une sorte de roi virtuel pour ses sujets : il est en vacances quasi permanentes et pas au Maroc. Plutôt en France, d'ailleurs, en son château de Betz.

De très très longues vacances royales

Entre quelques semaines de vacances et être absent 45% du temps, comme en 2017 et même à plus de 80% du temps, comme pour les 6 premiers mois de 2018, il y a une sacré marge ! D'autant que le roi du Maroc, ce n'est pas la reine d'Angleterre !

Il y a bien eu une légère modification de la Constitution en 2011, mais l'essentiel du pouvoir reste entre ses mains, ou plutôt entre celles du Conseil royal : un gouvernement bis d'une vingtaine d'hommes qui tient tout le pays dans l'opacité la plus totale.

Le Maroc c'est une monarchie absolue de droit divin, puisque le roi est « Commandeur des Croyants » . En 2017, Mohammed VI n'a présidé que 3 conseils des ministres. Il a fallu plus de 3 mois pour que soit nommé 3 nouveaux ministres destitués par lui-même !

Mohammed VI a eu récemment des problèmes de santé

Oui, enfin : un banal problème d'arythmie cardiaque, réglé par une opération bénigne. Rien qui ne justifie de repousser sine die la 1ère visite d'Etat des rois d'Espagne ou les 6 mois de délais pour nommer des ambassadeurs aussi important que Pékin ou Madrid.

On peut aussi m'opposer que Sa Majesté a des problèmes de cœur : il vient de divorcer. Sauf qu'au même moment, il est photographié tout sourire dans le Marais, à Paris, ouà Dubaï ou en compagnie d'un boxeur de 32a dont il s'est entiché : Abu Bakr Azaitar.

En plus, ce n'est pas comme s'il ne se passait rien au Maroc : rien que ces deux dernières années, il y a eu une révolte dans le Rif, des « manifestations de la soif » contre les coupures d'eau dans le sud du pays et le boycott de 3 entreprises proches du roi.

Il a aussi amnistié des manifestants rifains il y quelques semaines...

C'était fin août, Mohammed VI a effectivement amnistié 188 manifestants, liés au mouvement rifain Hirak de 2016/2017. Reste que près de 400 personnes avaient été arrêtées et que le leader, Nasser Zefzafi, est toujours derrière les barreaux pour 20 ans.

Parce que pendant que Sa Majesté est en goguette en France ou ailleurs, ses services de de sécurité, eux, ne chôment pas. La seule vraie sortie qu'il a daigner honorer s'était en avril dernier, au siège de la DGST, la police secrète marocaine. A bon entendeur, salut !

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.