Direction Alger où l'on va bientôt inaugurer un opéra flambant neuf...

Tout est prêt, il manque juste le mobilier et le parking à aménager. Il manque aussi la route pour y accéder facilement, mais ce sont des broutilles ! Alger inaugurera dans quelques semaines, quelques jours dit-on, son premier opéra digne de ce nom : une salle de 1 400 places, des lustres à faire pâlir d'envie les Saoudiens ou les Emiratis, des balcons en veux-tu en voilà et même un directeur tout beau tout neuf, nommé le 31 décembre : Nourredine Saoudi.

Evidemment, l'entreprise « Opéra d'Alger » qui doit gérer cette merveille, n'a pas encore été créée. Les statuts, non plus n'existent pas encore : ils sont en cours de rédaction au ministère de la Culture. Mais l'important, c'est que tout a été fini dans les temps !

Opéra d'Alger
Opéra d'Alger ©

L'Algérie est célèbre pour les retards accumulés dans les travaux publics.Le meilleur c'est le métro d'Alger qui a commencé a être percé au début des années 80 et dont la 1ère ligne a été inaugurée en 2011. Mais là, pas question de rigoler : l'Opéra d'Alger est en effet un cadeau de la Chine.

30 millions de dollars offerts et, en conséquence, les Chinois ont travaillé à la chinoise: c'est une entreprise chinoise qui s'est chargé de tout, jusqu'au dernier boulon. Tout a été importé de Chine, y compris les ouvriers. Résultat : un Opéra tout neuf en 35 mois !

D'ailleurs, le premier spectacle devrait mêler les cultures algériennes et chinoises qui n'est pas encore défini. Mais ça vient ! On ne sait pas non plus qui viendra. D'ordinaire, en Algérie, pour remplir une salle on offre les billets. Là pas question ! Le public paiera.On sait que le Ballet national algérien s'y produira. Mais allez expliquer aux Algériens qu'il faut maintenant payer 30 à 50€ pour voir des épopées dansées sur la Guerre d'Algérie qui avant étaient gratuites, c'est pas gagné !

Enfin, pour monter un opéra ou un spectacle, il faut des techniciens pour les décors, pour les costumes... Or l'Ecole d'Art dramatique qui formait tous ces spécialistes a été fermée il y a plusieurs années.

Mais tout ça ce sont de vulgaires questions d'intendance! L'important, c'est qu'il soit prêt pour l’inauguration. Vous savez ce qu'on dit à Alger pour rigoler ? Qu'après le spectacle sino-algérien, le vaisseau fantôme serait parfait pour ce bijou d'architecture.

Revue de presse sur la chute historique des prix du pétrole

A moins de 28 dollars le baril, elle ne laisse personne indifférente, cette chute. Toujours en Algérie, elle réduit les capacités d'interventions de l'Etat. L'Opéra d'Alger en souffrira, mais El Watan , ce matin, évoque :

« Toute sorte de produits alimentaires, importés et subventionnés largement, comme le blé, la viande rouge, le concentré de tomate ou encore la semence de pomme de terre ou même la poudre de lait devrait être produit localement. »

Même phénomène de réductions drastiques des budgets en Russie où le quotidien Kommersant explique que le rouble s'est encore déprécié pour atteindre des niveaux face au dollar et à l'euro qu'il n'avait pas connu depuis la crise de 1998.

Une étape dangereuse pour le pays qui risque de voir ces produits manquer et la révolte gronder si les prix explosent au marché noir. Aux Emirats-Arabes-Unis, cette chute à une conséquence immédiate : les compagnies pétrolières cessent d'investir.

Ainsi le quotidien The National rapporte que l'entreprise Royal Dutch Shell vient de retirer d'un énorme projet gazier à Abu Dhabi. L'entreprise taille dans ses investissements non stratégiques, c'est-à-dire dans tous les projets de développement ».

Bref, et c'est El País de Madrid qui l'explique, cette chute du prix du pétrole, c'est un peu l'Europe qui rit et le reste du monde des producteurs petits ou grands qui pleurent. Avec les dangers qu'un tel déséquilibre impose.

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.