Un phénomène que l'on observe à chaque Coupe du Monde de foot : de la joie, des rencontres, un peu d'alcool et forcément du sexe...

Tamara Pletneva
Tamara Pletneva © AFP / Vladimir Fedorenko / Sputnik

Et bien non ! Pas de sexe justement

Les autorités russes sont particulièrement vigilantes sur ce point. Là où, en Afrique du Sud, on avait constitué un stock d'un milliard de préservatifs pour anticiper le tourisme sexuel, où en Allemagne les maisons closes avaient poussé comme des champignons aux abords des villes organisatrices... la Russie choisit, elle, l'abstinence ! Tous les bobinards ont mis la clé sous la porte, ceux qui restent ouverts ont été décrétés illégaux et l'on va même que le débat essentiel sur la prostitution 

Tamara Pletneva, députée membre du comité des affaires familiales, déconseille carrément aux femmes russes de fricoter avec des supporters étrangers.

On ne se mélange pas avec l'étranger, c'est ça l'idée ?

Pas exactement... Invitée sur le plateau d'une radio moscovite, Tamara Pletneva a simplifié l'équation de cette manière : « des filles rencontreront des hommes et ensuite elles accoucheront ». Elle affirme même qu'une génération entière est née dans ces circonstances pendant les Jeux Olympiques de Moscou en 1980... des bébés ensuite élevés par des mères célibataires. « Ces enfants ont souffert et souffrent encore », nous dit la député. Mais c'est lorsqu'elle étaye son discours que le fond de sa pensée se déverse : « c'est une chose lorsque les parents sont de la même race, c'en est une autre si la race est différente. Nous devrions donner naissance à nos propres enfants ».

Madame Pletneva a dû apprécier le manuel distribué par la fédération de football argentin, où l'on vous dévoile comment séduire une femme russe.

Mais voilà le tour est joué... comment se servir d'une Coupe du Monde de foot, sensée rassembler des supporters du monde entier, pour ouvrir un débat assez nauséabond...

Et une fois que la porte est ouverte...

D'autres si engouffrent... en poussant toujours le bouchon un peu plus loin...

C'est Alexandre Sherin vice-président du comité de défense à la Douma qui a pris le relais... Il demande aux Russes d'éviter d'embrasser, d'accepter des chewing-gums ou des cigarettes de personnes d'autres continents, pour éviter les maladies infectieuses... avant de préciser que l'on ne peut pas forcer les visiteurs à prendre des « douches chlorées, car elles arrivent en Russie, pas dans un camp de concentration allemand ». 

Bienvenue au parlement russe, où l'on peut donc apprécier la profondeur des réflexions sur l'accueil des étrangers. Evidemment tous les députés russes ne partagent pas les points de vue de madame Pletnova et de monsieur Sherin. Le porte-parole du président a d'ailleurs coupé court à cette discussion : « les femmes russes se feront leur propre jugement ». Si les positions de Vladimir Poutine peuvent parfois sembler radicales, dans ce contexte, le chef de l'état russe apparaît comme un authentique modéré.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.