Hier sceptique, voire ironique face au coronavirus, le président américain est aujourd'hui sur tout les fronts. Comment et pourquoi a-t-il effectué ce virage à 189° ?

Donald Trump a donc changé de ton face à l'épidémie à coronavirus...Toute la presse américaine a remarqué le soudain changement de braquet du président américain : depuis des semaines, il minimisait l'importance de l'épidémie, la dangerosité du virus ou encore vantait l'impeccable réponse sanitaire étasunienne.

Depuis mardi matin, c'est comme si Donald Trump s'était réveillé d'un long sommeil oublieux : il conseille désormais de ne plus se rassembler à plus de 10 – ce qui est encore beaucoup – et cherche à soutenir l'économie américaine à hauteur de 100O milliards de $.

La question est donc : mais que s'est-il passé pour qu'en quelques jours, le Donald soit ainsi retourné comme une crêpe ou plutôt comme un pancake ? A cette question, j'ai trois réponses à donner : Fox News, l'Imperial college de Londres et la bourse

Commençons par la 1ère explication : Fox News...

Vous savez que Donald Trump ne regarde que Fox news, une chaine d'info très à droite. Tous les matins, il se lève avec Fox & Friends, la matinale de la chaîne. Or depuis des semaines, Fox&Friends passait son temps à minimiser, voire ridiculiser l'épidémie.

Encore vendredi dernier, une des trois co-présentateurs expliquait qu'il fallait, je cite, « profiter de l'épidémie pour prendre l'avion : les aéroports sont vides en ce moment et j'ai plein d'amis qui sont partis ». Et c'est loin d'être un cas isolé sur FoxNews :  

Le 10 mars, Sean Hannity, l'animateur le plus populaire de FoxNews et ami de Donald Trump accusait les Démocrates de susciter l'hystérie autour du coronavirus pour mieux déstabiliser Trump. Il ajoutait que le covid19 n'était rien d'autre qu'une grosse grippe.

Tout a changé lundi : le show le plus outrageusement mensonger sur l'épidémie, qui parlait de « mélodrame de gauche » et montrait des graphiques avec pour titre « la farce du coronavirus » a été annulé et Fox&Friends, obligé d'appeler au confinement.

L'Imperial college de Londres a terrifié la Maison-Blanche

Pour comprendre, il faut cette fois-ci faire un détour par Londres. L'Imperial College de Londres, une université prestigieuse, publie lundi dernier un rapport tétanisant fondé sur trois modèles statistiques pour le coronavirus :

Hypothèse 1 : ni Londres, ni Washington ne prennent aucune mesure ; résultat 510 000 morts en Grande-Bretagne ; 2,2M aux Etats-Unis. Hypothèse 2 : confinement léger, mesures ponctuelles ; Résultat : moitié moins de décès : 260 000 côté britanniques, 1,1M côté américain.

Troisième hypothèse : le confinement total à la française et ce pendant plusieurs semaines. Résultat : moins de 20 000 morts en Grande-Bretagne. Ce rapport a tellement bouleversé la Maison-Blanche que mardi, sa porte-parole chargée de l'épidémie, l'a explicitement cité.

Le président ne connait que les impôts et la bourse

Tout le monde l'a vu, les bourses du monde se sont effondrées depuis une semaine. Or, Donald Trump ne comprend que deux choses en économie : les impôts et le Dow Jones, l'indice boursier new-yorkais.

Toute sa vie il a voulu échapper aux 1ers, les impôts, et il a eu les yeux rivés sur la 2nde, la bourse de New York.

C'est si vrai que lorsqu'on lui demandait, il y a encore quelques semaines, comment allait l'économie américaine, il répondait : j'ai baissé les impôts et la bourse bat des records. L'effondrement de Wall Street ces derniers jours, a fini donc de le convaincre que la situation était grave.

En résumé, ce qui a tout changé pour le Donald, c'est le retournement de FoxNews, une étude catastrophique venue de Londres et la Bourse de New York qui plonge.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.