Le 19 octobre, toute l'Inde se met aux couleurs de Diwali, la fête des lumières, symbole de la victoire contre l'obscurité.

Un enfant indien joue avec des fleurs qui seront utilisées pour assembler des guirlandes de fleurs avant le festival de Diwali (la fête des lumières) au marché aux fleurs de Ghazipur, le 17 octobre 2017.
Un enfant indien joue avec des fleurs qui seront utilisées pour assembler des guirlandes de fleurs avant le festival de Diwali (la fête des lumières) au marché aux fleurs de Ghazipur, le 17 octobre 2017. © AFP / Noemi CASSANELLI

C'est la fête des bonbons, des cadeaux et la date favorite de sortie des films bollywoodiens et de leur chanson de Diwali.

Diwali, par ici, Diwali par là, ça suffit ! Et ce n'est pas seulement moi qui le pense, il y a aussi la Cour suprême indienne ! Elle a décidé le 9 octobre de proroger l'interdiction des pétards et autres feux d'artifice utilisés massivement pendant Diwali.

D'ailleurs ça n'a pas trainé : hier, juste avant Diwali – qui dure 5 jours tout de même -, la police a saisi 1,2 tonnes de pétards et arrêté 29 revendeurs et grossistes. La veille, c'était 368kg qui ont été détruits.

Vous allez me dire que Diwali sans les feux d'artifice, c'est comme Noël sans sapin !Encore faut-il pouvoir respirer ! Les pétards et fusées, c'est 75% de nitrate de potassium, 15% de carbone et le reste c'est du souffre ! 

Pendant Diwali, la capitale indienne, Dehli, qui est déjà une des villes les plus polluées du monde, étouffe littéralement 

Le taux de particules fines grimpe à 10 000/m3 ! 200 fois la limite suggérée par l'Organisation mondiale de la santé. C'est au point où, préventivement, il a fallu fermer une centrale au charbon des environs pour limiter cet enfer respiratoire !

Alors évidemment, il y a les opposants à ces mesures, comme les habitants de Sivakasi, dans le Tamil Nadu. C'est là que sont fabriqués, essentiellement artisanalement, 80% des pétards et des feux d'artifice indiens. C'est toute une région qui risque d'être ruinée !

Donc, on fête diwali, mais on respecte aussi les Accords de Paris ! Les couleurs qu'on se jette au visage, c'est d'accord. Les lampions qu'on allume, tout va bien. Diwali, c'est la fête de la lumière, pas des étincelles !

Pour finir, partons à Kazhuperumbakkam, non loin de Pondicherry. Cela fait 3 générations que les villageois ont renoncé à utiliser des pétards et des fusées pour la fête des lumières.

Pour une très belle raison : pour ne pas déranger une colonie de chauve-souris frugivore qui s'est installée au beau milieu du village. Pour une raison bien simple : les déjections de chauve-souris sont un engrais naturel et les récoltes sont, grâce à elle, excellentes.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.