Imprécations, insultes, accusations de racisme : l'ambassadeur de Chine en Suède se lâche dans la presse suédoise contre son pays d'accueil. Pour comprendre, il faut, comme toujours avec les Chinois, regarder dans les coins.

Rien ne va plus depuis quelques jours entre la Suède et la Chine ! C'est même ahurissant : l'ambassadeur de Chine à Stockholm se répand dans la presse suédoise en imprécations contre la police et le gouvernement suédois : accusations d'arrogance, d'ignorance crasse, de racisme anti-chinois.

Et ce dans non pas une mais deux interviews en moins de 3 jours ! C'est d'autant plus étonnant que la raison de cette colère est microscopique. Son excellence l'ambassadeur de Chine est révolté par le traitement réservé il y a deux semaines à 3 touristes chinois.

Trois touristes qui refusaient de quitter le lobby d'un hôtel où ils avaient réservé des chambres et que la police de Stockholm, à la demande de l'hôtelier, a délogé. La vidéo de cette évacuation est filmée et se retrouve bientôt sur les réseaux sociaux chinois.

Une vidéo publiée en Chine et qui devient virale...

Oui, mais pas tout de suite. Il a fallu attendre la semaine dernière pour que cette vidéo où aucune violence policière n'est constatée, commence à tourner en boucle. Je rappelle, c'est important, qu'internet est étroitement contrôlé en Chine.

Bref, aussitôt diffusée en masse, aussitôt dénoncée par les l'ambassade de Chine qui demande officiellement des explications et accuse la suède d'abus policiers racistes alors que, par ailleurs, elle ose « s'autoproclamer championne des droits de l'Homme ».

Côté Suédois, on prend au départ l'affaire à la légère. Puis devant les vociférations chinoises, on envoie une délégation de la police à l'ambassade et on promet une enquête sérieuse et indépendante. Ce qui évidemment ne satisfait pas l'ambassadeur.

Les deux pays sont au bord de la rupture diplomatique pour une affaire microscopique

Avec les Chinois, il faut toujours chercher le billard à trois ou quatre bandes. La question est : pourquoi sont-ils furieux contre les Suédois ? D'abord, parce que la Suède a accueilli le 13 septembre dernier le Dalaï Lama. Le tabou absolu pour Pékin !

La 2e raison est plus subtile : la Suède est un pays exemplaire en matière de droits de l'homme : siège de l'académie Nobel et pays au monde la plus accueillant en matière de réfugiés. Et en plus, Stockholm n'hésite pas à hausser le ton, même contre la Chine.

Pas plus tard qu'un juin dernier, un Chinois y a été condamné à 22 mois de prison pour avoir espionné au profit de Pékin la petite communauté tibétaine installée en Suède : Cent trente personnes. Toute chose qui ont souverainement agacé Pékin.

Le Dalaï Lama en fond sonore

Bien sûr ! Même les menaces de boycott touristique de Pékin n'ont aucune chance de déstabiliser Stockholm : sur plus de 4 millions de touristes étrangers qui visitent le pays, un peu plus de 100 000 sont chinois. Une goutte d'eau.

Mais l'idée de Pékin est ailleurs : en tonnant contre Stockholm sans grand risque, la Chine adresse à d'autres pays européens un avertissement sans frais. Or devinez où se trouve le Dalaï Lama ces jours-ci ? En Allemagne, puis en Suisse, jusqu'au 23 septembre.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.