Ce matin, direction la Grande-Bretagne pour une étude révolutionnaire... sur les files d'attente ?

File d'attente dans une station de métro
File d'attente dans une station de métro © Getty / Agata Henschel / EyeEm

Je sais, je sais, les Britanniques et les files d'attente... On dirait une vignette d'Astérix chez les Saxons. Et pourtant, il s'agit d'une vraie étude universitaire, sérieuse, méthodique et, au fond, qui mieux qu'un Britannique pour en avoir l'idée et la conduire ?

Il s'appelle Adrian Furnham, il est professeur de psychologie au University College et il étudie les queues depuis plusieurs années : dans les magasins, au guichet, dans les services publics. Bref, un long travail de terrain pour en arriver à une conclusion :

Une conclusion qu'on pourrait résumer par : « la règle de six ». Alors, la règle de six a deux entrées : d'une part, les gens ont tendance à ne pas faire la queue lorsqu'il y a plus de 6 personnes devant eux et lorsqu'il y a plus de 6mn d'attente.

Enfin... ça dépend j'imagine de ce pourquoi on doit attendre...

Je reconnais bien la Britannique en vous ! Effectivement, cette règle a plein d'exceptions. Personne n'attend 6mn à un distributeur sauf si vous avez très envie d'acheter... Je ne sais pas... des billets de concerts par exemple.

De la même façon, vous n'entrez pas volontiers dans une fille d'attente avec plus de 6 personnes, sauf si vous avez des personnes derrière vous qui vous laissent penser que vous allez perdre si vous passez votre tour. Ca aussi ça fait partie de l'étude Furnham.

Notre psychologue a aussi remarqué que nous avions de plus en plus de mal à supporter d'attendre en file indienne. Tout simplement parce que les occasions de faire la queue sont plus rares : le simple fait d'acheter par Internet a beaucoup changé nos habitudes.

Les queues se sont civilisées : on a remplacé les files d'attente aux guichets : 5 files pour 5 guichets et parfois l'impression que la file d'à côté va plus vite, par les « serpentines » : une seule queue pour 5 guichets.

Même idée avec les n° d'ordre à la sécu ou à l'hôpital. Avec un n° entre les mains, vous évaluez votre ordre de passage et votre temps d'attente mais surtout, ce numéro met de l'égalité dans le désordre d'une queue, même britannique ! God save the Queue !

Votre revue de presse commence ce matin par l'Equateur...

Où une élection présidentielle se tenait hier et où le suspense est encore entier : pour passer dès le 1er tour, il faut dépasser 40% des voix. Or les deux principaux quotidiens du pays donnent Lenín Moreno à 38,04% avec 80% des suffrages dépouillés.

Guillermo Lasso obtiendrait 29,95% ! Il devrait donc y avoir un 2nd tour. Pour La Hora, c'est déjà une petite victoire : « un vote libre et conscient est le meilleur antidote contre les leaders charismatiques, séducteurs de masse et d'individus ».

C'est une allusion à peine voilée aux Etats-Unis, bien sûr, mais aussi à la Bolivie voisine ou au Vénézuéla qui, pâtissent de leaders trop charismatiques qui, ajoutent La Hora, « ont une capacité exceptionnelle pour s'attribuer les succès et esquiver les échecs ».

Retour en Grande-Bretagne avec un article du Guardian de Londres...

Qui s'amuse beaucoup de la désormais fameuse remarque de Donald Trump à propos d'un attentat en Suède qui n'a jamais eu lieu. Le quotidien a fait un tour sur twitter, histoire de voir comment les Suédois avaient réagi.

D'abord, beaucoup se sont retrouvés autour du #JeSuisIkea, histoire de bien rigoler dès le début. Il y a ceux qui rappelle que, ce soir là, les Suédois choisissaient leur candidat à l'Eurovision, ce qui est effectivement une forme très subtile d'attentat ;

Il y a ceux qui ce sont amusé à imaginer un mur à mirador vendu par Ikea, justement, avec mode d'emploi, boulons et clé allen inclus et pas cher. Il y enfin l'ambassade suédoise aux Etats-Unis qui a publié le communiqué suivant :

« Nous sommes impatient d'expliquer à la nouvelle administration américaine notre polique d'immigration et d'intégration ». La Suède étant, en Europe, un des pays les généreux en la matière. Avec l'Allemagne.

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.