En 2016, 32 000 Japonais de plus auront atteint l'âge de 100 ans. Le pays bat pour la 46ème année consécutive, le record mondial de centenaires rapporté à la population.

Portrait d'une Japonaise de 104 ans
Portrait d'une Japonaise de 104 ans © Corbis / Gianluca Colla
  • L'époque où le Japon traitait ses centenaires comme des rois est terminée

Avec les 32 000 de cette année, le Japon aura 65 000 centenaires.

Comparons, pour avoir une idée. En France, en 2016, il y avait 20 669, centenaires. Autrement dit le Japon en compte trois fois plus pour une population juste deux fois plus importante.

Or, il se trouve qu'hier c'était le 19 septembre, fête nationale au Japon du grand âge. Traditionnellement, l'Etat japonais se fend d'un petit cadeau pour ses centenaires : une coupe de saké en argent massif. Mais, cette année, trop c'est trop. La petite coupe de saké multipliée par 65 000 centenaires, ça coûtait au Trésor japonais près de 2 millions d'euros par an : le gouvernement a décidé d'arrêter les frais : à compter de cette année, ce sera une petite coupe de saké mais plaquée en argent.

Mesure symbolique dans un pays où ce qui est symbolique est extrêmement important. Cette dégradation du cadeau d'Etat au centenaire envoie un message très fort : le Japon ne pourra pas tenir bien longtemps avec une pareille bombe démographique.

Parce qu'évidemment, les centenaires c'est très sympathique, mais ça cache un vrai drame : un quart de la population japonaise a plus de 65 ans. C'est en proportion, un tiers de plus qu'en France.

L'année dernière sont nés au Japon 1 millions de bébés. Dans le même temps, 1,3 millions de Japonais sont morts. Conclusion, et ce depuis plusieurs années, la population japonaise a diminué de 300 000 personnes.

En plus, comme le Japon n'a aucun apport migratoire – pas d'immigration en clair – c'est une perte nette : la population diminue, diminue, diminue, inexorablement. Le seul aspect positif, c'est la chute de la criminalité : les vieux ne braquent pas de banques.

L'inexorable vieillesse du Japon, c'est même la raison pour laquelle le pays stagne économiquement depuis 25 ans. Un pays qui vieillit est un pays qui épargne, comme les vieux, et qui ne consomme, ni n'investit, comme les jeunes.

  • Une revue de presse moyen orientale

Avec un article en une de L'Orient Le Jour, le quotidien libanais : « Retour ému des premières familles à Fallouja ». Elles avaient été chassées en 2014 par l'Etat islamique, ces familles. Elles sont quatorze à se réinstaller. Devant les caméras bien sûr.

Mais comme toujours, il y a un loup : ces familles sont toutes du nord de la ville qui, certes, était sous la coupe de l'Etat islamique qui qui a été très peu touché par les combats et les spoliations. Le reste de la ville irakienne, elle, est toujours aussi peu sûre.

Je vous parlais hier de la grande prudence de la presse américaine vis à vis de la bombe de Chelsea et des tentatives d'attentats déjouées. Maintenant qu'il n'y a plus de doute sur leur caractère terroriste, le New York Times poursuit cependant sur le même ton.

Peut-être pour mieux valider cette impressionnante tenue et résilience de la presse, l'éditorial souligne combien « la ville est restée calme », et « a géré l'urgence avec sérénité ». Et le journal de préciser :

La bonne réponse à la menace (…) est de rester vigilant et raisonnable, de réparer les dommages, de soigner les blessés, de prendre soin des uns des autres et d'élire des leaders qui sauront relever ce défi sainement et en faisant preuve de bon sens.

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.