Le petit pays sud-américain profite de sa bonne gestion de la Covid19 pour attirer les riches Argentins. Une énième crise argentine aussi pousse à cet exode très chic.

Luis Lacalle Pou, président de l'Uruguay
Luis Lacalle Pou, président de l'Uruguay © Maxppp / Ni Gulasi sailaya / Xinhua News Agency/Newscom

Direction l'Uruguay ce matin, qui accueille une vague de migrants argentins. Il s'agit d'environ 25 000 Argentins qui ont traversé le Rio de la Plata. En clair, l'Argentine et l'Uruguay n'étant séparés que par ce fleuve, cette migration n'a rien d'une aventure. Mieux ! Il y a la célèbre station balnéaire uruguayenne de Punta del Este !

Refuge de millionnaires tant argentins que brésiliens, voire chiliens, Punta del Este est devenue une destination de choix ces derniers mois. Quant aux 25 000 Argentins en question, ils se sont installés, selon les chiffres officiels, entre avril et août.

Les riches Argentins s'exilent volontiers

Aidés par une nouvelle loi, adoptée opportunément par l'Uruguay cet été qui offre la résidence fiscale à deux conditions : investir sur place un minimum de 380 000 $ et résider en Uruguay plus de 60 jours dans l'année.

Pile ce dont ont besoin les Argentins les plus riches qui subissent en ce moment une des crises économiques dont le pays a le secret, avec une inflation de 40% l'an et une dévaluation continue du peso – divisé par deux face au dollar en deux ans.

Donc, la stabilité économique uruguayenne, le faible niveau de corruption du pays, sa démocratie apaisée quand le voisin argentin multiplie les convulsions politiques et sociales et enfin sa proximité géographique s'avèrent des arguments irrésistibles.

25 000 personnes, soit 0,8% de la population uruguayenne

C'est 25 000 personnes sur quatre mois. Ensuite, rapporté aux 3,5 millions d'Uruguayens – ça représente tout de même 0,8% de la population. En proportion ça signifierait, pour un pays comme la France, un demi-million de migrants en plus en quelques mois !

La saignée commence d'ailleurs a être si importante, que Buenos Aires a commencé à hausser le ton. Le président argentin, Alberto Fernández, a demandé à son homologue uruguayen de « réfléchir à deux fois » avant de poursuivre cette politique.

Il a aussi rappelé que modifier son statut fiscal en Argentine était toujours aussi cher et compliqué. Sous-entendu : un petit contrôle fiscal exhaustif sera déclenché sans délai. Mais en réalité, ces Argentins riches fuient surtout la pandémie de Covid19.

La Covid19 châtie l'Argentine, épargne l'Uruguay

Infiniment moins que son voisin. Alors qu'en ce moment, on détecte en Argentine une moyenne de 9 000 nouveaux cas quotidiens, l'Uruguay n'en compte que 14 ! Depuis le début de la pandémie, il n'y a eu que 46 morts en Uruguay contre 12 500 en Argentine.

Donc les riches Argentins fuient la pandémie. En plus des Argentins, l'Uruguay a aussi accueilli dès mars une centaine d'Européens, souvent arrivés en jet privés, et repartis depuis pour leur pays d'origine dès que la pandémie a semblé marquer le pas en Europe.