Connaissez vous le roi Habibulah Kalakani ? Non ? C’est normal, il n’a régné que 9 mois en 1929 sur l’Afghanistan.

Sa Majesté Habibulah Kalakani, premier, roi d'Afghanistan de 1929 à 1929 est resté en tout et pour tout 9 mois au pouvoir. Et pas un pouvoir hérité de son roi de père. Non, il a d'abord déposé le vrai roi Amanullah Khan pour s'installer sur le trône.

Qui était-il ce Habibulah premier ? Un bandit de grand chemin, ou un seigneur de la guerre, selon les versions plus ou moins sympathiques. Un usurpateur en somme qui n'appréciait pas les réformes à l'occidentale du roi Amanullah.

Et notamment que la reine parade en pantalon et cheveux au vent à Kaboul et qui a donc instauré un règne de terreur et de conservatisme sur l'Afghanistan. L'aventure s'est évidemment très mal terminée pour lui, il a été assassiné et enterré à la sauvette.

Et c'est ce personnage que les tadjiks afghans voudraient réhabiliter. Parce qu'Habibulah premier était tadjik. Or depuis la mort du commandant Massoud, les Tadjiks n'ont plus de héros à faire valoir. Les Pashtounes, qui représentent la moitié de la population afghane, eux oui.

Ils ont par exemple le mausolée des rois d'Afghanistan, tous pachtounes, et pour les Républicains, il y a le président Daoud Khan, assassiné en 1978 un peu avant l'invasion soviétique. Sa dépouille a été retrouvée en 2008 et inhumée avec les honneurs en 2009.

Pas question donc pour les tadjiks de rester les bras croisés devant un tel déferlement d'honneurs et de pompes sur les seuls pashtounes. D'où un lent et difficile travail de réhabilitation du fameux Habibulah 1er.

D'abord, ils ont commencé à le décrire comme une sorte de Robin des bois afghan. Puis, ils ont expliqué qu'au fond, c'était un « seigneur de la guerre » comme tant d'autres en Afghanistan. Alors bon, il était un peu conservateur. Mais est-ce bien important ?

Au fond, il était très pieux, cet homme, ni plus ni moins ! Et voilà comment un soudard sanguinaire est devenu un justicier à la foi chevillée au corps, juste pour permettre au Tadjiks afghans d'avoir un héros à commémorer, à l'égal des Pashtounes... Non, mais !

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.