Ce matin, direction l'archipel pacifique du Vanuatu qui a trouvé une façon radicale de lutter contre l'obésité...

D'abord, le Vanuatu, c'est où ? C'est en plein océan Pacifique, à 600km environ au nord est de la nouvelle Calédonie. D'ailleurs, c'est un ensemble de 84 d'îles mélanésiennes qui ont, jusqu'en 1980, été géré par la France et la Grande-Bretagne conjointement.

Ensuite, pourquoi cette question de l'obésité est-elle devenue si importante ? Parce que les Mélanésiens sont les plus touchés au monde. Pour vous donner une idée, sur les 7 pays dont le taux d'obésité dépasse les 50%, 4 sont des nations du Pacifique.

Evidemment, l'obésité s'accompagne de diabètes. Au Vanuatu un quart de la population est diabétique. Pour vous donnez une idée : c'est 5 fois plus qu'en France. Or les coûts de dialyse ou de transplantations rénales sont insupportables à terme.

Des mesures sont prises tout de même !

Oui, bien sûr ! D'autant qu'on connaît parfaitement l'origine de cette épidémie d'obésité : le remplacement d'un régime alimentaire maigre et peu calorique – poisson, racines et fruits – par de la junk food importée : sodas, sucres industriels et graisses.

Donc un peu partout dans ces archipels paradisiaques, on prend des mesures. Qui sont en fait des mesurettes : on interdit le tabac par ici, on taxe les sodas par là, on fait des campagnes de sensibilisation ailleurs. Mais sur le fond, rien ne change.

Jusqu'à la décision radicale donc d'un petit archipel de 13 îles, Torba, un archipel vanuatais donc, d'interdire purement et simplement toute nourriture importée. Finis les nachos, les tacos, les chips ou encore les sodas et boissons sucrées !

Désormais, on ne pourra plus consommer sur l'île que du poisson, des jus de fruits locaux et des légumes cultivés sur place. Mais dans un premier temps, ce sera uniquement pour les fonctionnaires et les touristes.

Pourquoi ? Ce sont les habitants qui sont obèses, pas les touristes !

Vous avez raison. Mais il y a 9 000 résidents dans cet archipel de Torba pour un millier de touristes. Avant que tout le monde adopte ce nouveau régime alimentaire, il faut mettre en culture, élever et pêcher.

Bref, il faut remettre en route une agriculture qui a été ruinée par les importations de junk food bon marché. Donc, on commence par nourrir le millier de touristes et ensuite, dans 3 à 5 ans, quand tout sera prêt, on bannit les importations pour tout le monde.

votre revue de presse s'arrête sur la presse libanaise ce matin...

Avec un édito cinglant d'Issa Goraieb dans l'Orient – Le Jour sur la visite de Marine le Pen au pays du Cèdre : « Que la patronne du Front national accorde la priorité à la lutte contre les terroristes de Daech est évidemment son droit le plus strict »

« Oui, c'est son droit, mais seulement quand elle l'exerce chez elle. Chez elle, non dans un pays qui à ce jour, et en termes d'attentats politiques, d'assassinats et autres violences, a davantage souffert du terrorisme d'État pratiqué par le régime de Damas que des actes criminels de Daech ».

« Cette thèse du moins pire qu'incarne, pour elle, Bashar el Assad, a sans doute trouvé à Beyrouth plus d'une oreille complaisante. Mais comment Marine Le Pen a-t-elle pu trouver moyen de la développer devant un Premier ministre libanais qui ne cesse précisément d'imputer, haut et clair, le meurtre de son père au régime de Damas ? »

La chaine arabe Al Arabiya lui consacre aussi un édito presque effrayé : « si une fois de plus, les sondages se trompent, Le Pen peut parvenir à l'Elysée. Tout est possible après l'élection de Trump et le fait que les électeurs soient hostile à l'islam et à l'immigration ».

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.