Par Christian Chesnot

Aux Etats-Unis, la ville la plus "ripoux", c'est Chicago.

Une étude récente de l'Université de l’Illinois a conclu que la ville d'Al Capone conservait encore aujourd'hui le titre peu envié de "capitale de la corruption" en Amérique.

Selon les chercheurs, sur les dernières quarante années, on a enregistré plus de 1 500 cas de corruption publique qui ont été sanctionnés.  Un score très largement au-dessus de la moyenne américaine.

L'étude montre aussi que la corruption est d'abord et avant tout un phénomène urbain. Et le problème c'est que dans les prochaines décennies, les villes tentaculaires dans le monde vont exploser en terme de population.

Selon Transparency International, une organisation qui publie un baromètre de la corruption, des pays comme l'Inde, la Chine et le Nigéria qui font partie des plus corrompus au monde, auront à eux trois d'ici 2050, un milliard d'urbains supplémentaires...

Les villes déchirées par les conflits et les guerres sont évidemment un terreau propice à la corruption.

Dans les villes en guerre, il n'y a plus de services publics, c'est le règne des milices et des groupes armés qui rançonnent les habitants et imposent leurs propres taxes.

Et là dans le top du classement vous trouvez sans surprise Kaboul, Mogadiscio,Tripoli ou encore Bagdad..

Mais il y a aussi des villes qui ne sont plus en guerre depuis bien longtemps et qui restent les plus corrompues. Prenez Beyrouth où la guerre civile est terminée depuis plus de 25 ans et bien là-bas, la culture du backshish ne s'est jamais aussi bien portée qu'aujourd'hui ! Les mafias prospèrent et les habitants, eux, manquent d'eau et d'électricité...

Mais, il y a aussi des villes qui sont revenues dans le droit chemin...

Au chapitre des bonnes nouvelles, on peut citer deux exemples de cités qui ont pris le chemin de la rédemption. D'abord, Medellin en Colombie, jadis sous l'emprise des cartels de la drogue.

En Europe, Bucarest, où les services de police ont multiplié les opérations mains blanches, le maire ripoux de la capitale roumaine a d'ailleurs été jeté en prison l'année dernière.

La Corée du nord teste des missiles...

Deux missiles moyenne portées ont été tirés coup sur coup, un des deux lancements a échoué, rapporte le Korea Times qui précise qu'il s'agissait d'engin balistique d'une portée de 3 000 à 4000 kilomètres, c'est-à-dire pouvant atteindre le Japon. La Corée du Sud a condamné ces tirs qui sont une violation des résolutions de l'ONU...

La Jordanie ferme sa frontière avec la Syrie

Cette décision intervient après la mort de 6 soldats jordaniens dans un attentat à la voiture piégée près d'un camp de réfugiés. La zone frontalière est désormais considérée comme zone militaire, écrit le journal pana-arabe Al-Chark Al-Awsat qui rappelle que 300 réfugiés syriens entrent en Jordanie chaque jour. Le royaume hachémite, qui craint les infiltrations terroristes, avait pourtant, écrit le journal, diminué les points de passage avec la Syrie de 45 à trois principaux.

Le Venezuela à la dérive

Ce pays riche en pétrole meurt de faim. C'est à lire dans le New-York Times qui estime que le Venezuela vit l'un de ses pires moments.

La situation est accablante, écrit le reporter du journal : 87% des gens n'ont pas assez d'argent pour se procurer à manger... En une semaine, il y a eu plus de 50 émeutes de la faim dans le pays. Les camions de nourriture sont désormais escortés par l'armée, rapporte le New-York Times.

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.