Qu'est ce que c'est qu'une mosquée libérale ? Vous savez ce qu'est le courant libéral dans le judaïsme ?

Une mosquée libérale va voir le jour en Norvège
Une mosquée libérale va voir le jour en Norvège © Getty / Kathrin Raedel / EyeEm

En France, il n'est pas très développé mais aux Etats-Unis, il rassemble des centaines de synagogues, de rabbins et des dizaines de milliers de fidèles. En clair, c'est un courant du judaïsme qui admet des femmes rabbins, des gays qui officient, des adolescentes – des filles donc - faisant leur barmitsva ou des conversions au judaïsme simplifiées. Bref, un courant de la religion juive ouvert sur le monde.

Donc, par équivalence, une mosquée libérale c'est donc une mosquée qui accepterait des gays, qui mélangerait femmes et hommes unis dans la prière, voire où des femmes imam(e)s pourrait appeler ou diriger les cinq prières quotidiennes ou celle du vendredi.

C'est donc ce type de mosquée qui ouvrira bientôt à Oslo. elle s'appellera la Masjid Al Nisa' (la Mosquée des femmes) et son fondateur, un jeune prédicateur appelé Yezen Al-Obaide, a même décidé d'en faire « une mosquée féministe » après avoir créé un réseau de jeune musulmans homosexuels.

« Tout le monde sera le bienvenu » dans cette future mosquée qui accueillera « homos, hétéros, trans, femmes, hommes » même s'il compte en donner les clés aux musulmanes qui ont besoin, dit-il, « se s'emparer du micro et de parler pour elles-mêmes ».

Le projet en est pour le moment à ses débuts, il faut encore rassembler de l'argent – qui ne viendra pas d'Arabie saoudite, on s'en doute, obtenir un emplacement dans Oslo, faire les plans mais cette nouvelle mosquée s'inspirera d'autres projets du même genre.

Parce qu'il y a d'autres mosquées du même genre dans le monde, il y en a même une qui a ouvert la semaine dernière à Berlin ! La 88ème mosquée berlinoise s'appelle « Goethe et Averroès » et elle est dirigée par une femme, Seyran Ates, 54 ans, qui accueille indifféremment sunnites et chiites, hommes et femmes ensemble.

Il y a aussi une mosquée entièrement réservée aux femmes, dirigée par une femme à Copenhague. Quand aux femmes imams, on en trouve aux Etats-Unis, au Canada, en Chine, en Belgique et donc en Allemagne, au Danemark et donc bientôt en Norvège.

  • La question du jour en Grande-Bretagne : la reine a-t-elle politisé son chapeau ?

Toute la presse Britannique revient sur le chapeau de Sa Majesté alors qu'elle inaugurait hier la nouvelle législature. Un chapeau bleu Europe piqué de petites fleurs bleues au pistils jaunes qui rappelaient furieusement les étoiles du drapeau européen.

C'est le Guardian qui écrit l'article le plus drôle sur le sujet : « ce chapeau était en soi « glorious », nuancé d'un mauve papal, aux fleurs piquées de jaunes, il accompagnait une redingote de jour dont le motif n'était pas sans rappeler un imprimé floral Balenciaga printemps/été 2017 ». Voilà pour la touche chiffon. La touche politique maintenant : « la reine que l'on pensait acquise au Brexit depuis toujours, a-t-elle voulu envoyer un message ou simplement porter un vêtement « Instagram Friendly », faisait-elle allusion aux négociations qui débutaient le jour-même à Bruxelles ou rendait-elle hommage a Van Gogh ? Mauve Royal ou Lilas Lanvin ? No comment, évidemment... Mais « ce chapeau est un sommet d'ambiguïté royale ».

  • Un petit détour par la fête de la musique

On part à Nantes avec le quotidien Espagnol en ligne Público pour le concert d'un groupe basque très connu en Espagne qui s'appelle Berri Txarrak. Du rock bien costaud, bien charpenté. Tout pour plaire en somme à des Bretons.

Sauf qu'il n'y avait qu'un seul spectateur. Comme l'écrit le journal : « il y avait plus de monde sur scène que dans la salle ». Mais pas question de se démonter. Un Basque ne recule pas dans l'adversité, il va au combat : ils ont donc tout donné pour cet unique spectateur et qui faisait des petits bons de bonheur, genre pogo mais tout seul !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.