Après "Trump", soixante cinq Chinois se sont rués pour enregistrer la marque "Ivanka".

La semaine dernière je vous racontais comment des entreprises Chinoises utilisaient à tort et à travers le nom Trump pour vendre des préservatifs ou des WC et comment l'entreprise Trump tentait d'y mettre bon ordre à coup de procès et d'avocats.

Mais dans la famille Trump, Donald n'est désormais plus seul à devoir défendre son nom: des dizaines d'entrepreneurs chinois se précipitent en ce moment pour enregistrer la marque Ivanka. Ivanka comme Ivanka Trump, la fille adorée de son président de papa.

Rien qu'à Pékin, ce sont 65 dossiers qui sont en attente, dont des cosmétiques et des compléments alimentaires. Mais aussi une entreprise produisant des serviettes hygiéniques, de l’alcool ou même du papier peint !

C'est une habitude en Chine où des chaussures de sport Michael Jordan sont vendues depuis des années sans que le basketteur ne touche un centime, le principe étant : premier arrivé, premier servi et ensuite, place au procès, qui peut durer des années.

  • Une découverte archéologique étonnante dans la presse Britannique

Cette jolie histoire se passe dans un cimetière de Smithfield, non loin de Londres. Un cimetière passionnant pour les archéologues parce qu'il remonte au XIVe siècle et qu'il permet d'étudier des milliers de tombes pendant une période cruciale : la peste noire.

La peste noire, c'est une période sombre de l'histoire de l'Europe au XIVe siècle : un quart voire un tiers de la population du vieux continent a ainsi disparu. Or il y a quelques semaines, les archéologues sont tombés sur une sépulture un peu spéciale.

Deux victimes de la peste bubonique, enterrées ensemble dans le même caveau et exactement dans la même position. Même âge aussi, environ 40 ans. Et en plus ces deux tourtereaux se tiennent par la main au delà de la mort.

Ce n'est pas la première fois qu'on retrouve des couples enterrés ensemble, surtout en période d'épidémie. Sauf que ces deux-là sont des hommes ! Deux hommes ensemble et donc semblant amoureusement enlacés pour l'éternité ! Ça, par contre, c'est exceptionnel. Cela dit, les archéologues sont prudents et attendent les comparaisons génétiques. Il peut en effet s'agir de deux frères, voire des jumeaux. La position des deux mains peut aussi être fortuite. Vous savez comme sont les scientifiques : ils doutent. Mais pas la presse Britannique qui a déjà surnommés les deux hommes : les amoureux de Smithfield.

En savoir plus avec la photo de ce couple de squelettes masculins et sur les premiers chiffres de l'étude archéologique.

  • Une revue de presse Allemande

Et l'hebdomadaire Stern qui comme toute la presse allemande, consacre un papier au retour à Dachau de l'inscription en fer forgé « Arbeit Macht Frei », le travail rend libre qui figurait à l'entrée du camp de concentration et qui avait été volée en nov. 2014.

A l'époque ce vol avait bouleversé l'Allemagne et, grâce à une info anonyme, on a retrouvé l'inscription intacte, en décembre dernier, en Norvège. Remise aux autorités allemande, elle a donc été solennellement replacée hier et pour longtemps.

  • Un petit tour par l'Algérie

Toujours avec le quotidien El Watan qui consacre sa une aux Chinois d'Algérie: ils sont 40 000 à y vivre et forment la première communauté étrangère du pays. Ils sont concentrés dans ce qui est désormais le « China Town d'Alger: le quartier de Bab Ezzouar.

Pour la nourriture, pas trop de problème, explique El Wattan. Pour la langue non plus: le Français sert de langue commune. Pour les loisirs, c'est plus compliqué, les Chinois hésitent à sortir de leur quartier. Visiblement les Chinois s'ennuient ferme.

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.