Pour marquer leur opposition à la volonté de Donald Trump d'édifier un mur à la frontière mexicaine, des paroisses américaines ont décidé d'entourer leur traditionnelles crèches de Noël de barbelés. Quand elles ne mettent pas carrément le petit Jésus en cage.

Crèche de Noël
Crèche de Noël © Getty / susannah v. vergau / photos4dreams

C'est la veille de Noël et je vous emmène visiter des crèches aux Etats-Unis ! Mais des crèches un peu spéciales. Aux Etats-Unis, en ce moment, c'est le « shut down ». C'est-à-dire que toutes les administrations non essentielles à la sécurité du pays sont littéralement fermées.

A Washington, par exemple, tous les musées nationaux ont portes-closes. Et des centaines de milliers de fonctionnaires d'Etat ne vont pas recevoir leur paie de décembre avant... la mi-janvier, voire plus tard si cette affaire continue.

Cette affaire, c'est un désaccord profond entre le Congrès et Donald Trump : le Congrès dont la chambre des Représentants est passée démocrate, refuse de subventionner le fameux Mur « magnifique » que Donald Trump veut édifier à sa frontière mexicaine.

Le « shut down », le mur de Trump et les crèches de Noël

Il se trouve qu'aux 4 coins des Etats-Unis, des Eglises catholiques ou des temples protestants, ont eu l'idée – sans se concerter – de faire des crèches de Noël une bonne occasion de protester contre qu'ils appellent : « le mur de la honte ».

Comment font-ils ? C'est simple : ils entourent les crèches de Noël de barrières, pour évoquer l'enfermement des migrants. A la Fellowship Congregational Church de Tulsa, en Oklahoma, ce sont des barrières grillagées qui enferment Jésus, la Vierge et St Joseph.

Dans la paroisse Sainte Suzanne de Delham, Massachusetts, on a mis l'enfant Jésus carrément en cage et les 3 Rois mages sont représentés autour de la cage. A Indianapolis, dans l'Indiana, ils ont carrément installé des barbelés autour de la crèche.

la Nativité, c'est une histoire de migrants !

Que disent les Evangiles ? « Voici, un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, et dit: Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, fuis en Egypte, et restes-y jusqu'à ce que je te parle ; car Hérode cherchera l'enfant pour le faire périr ». Matthieu 2:13-14.

Donc ce que disent ces congrégations et églises, c'est que le l'histoire du Christianisme commence par une histoire de migration. L'idée c'est que tout bon Chrétien a un devoir d'accueil, de secours et d'assistance envers les migrants, comme l'a été la Sainte famille.

Ça explique les barrières autour de ces crèches de Noël. Mais ça n'explique pas pourquoi dans la Massachusetts, on a mis l'enfant Jésus en cage ! Là, il faut être un peu au courant de l'actualité américaine :

Donald Trump, au début de son mandat, avait autorisé les parents de sans papiers à être séparés de leurs enfants : deux camps de rétention, un pour adultes, un pour mineurs, souvent séparés par des dizaines voire des centaines de kms.

Ça avait tellement choqué l'Amérique, que l'on sépare parents et enfants – on parle de familles séparées – qu'il avait dû revenir en partie sur cette mesure barbare. Mais ça explique l'enfant Jésus en cage.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.