Voilà près de 70 ans que la Suisse s'est dotée d'une marine de guerre... lacustre. Elle vient de la renouveler en partie entre deux votations hostiles à la modernisation de son armée et au financement des industries militaires.

La Marine suisse, ça existe et depuis près de 70 ans. Pas besoin de vulgaires côtes, comme ces vantards de Français ou d’Italiens ! La Suisse à des lacs et donc une marine militaire lacustre ! Elle déploie ses canots de combat sur 9 de ses lacs !

Des canots-patrouilleurs de 13m de long, tourelle de tir et une capacité de 15 hommes d’équipage ! 14 canots P-16 de fabrication finlandaise flambant neufs viennent d’être réceptionnés par la marine suisse. Il y a le feu au lac !

La Suisse est neutre et n’a pas d’ennemis !

A la décharge de nos amis suisses, ils ne sont pas les seuls à avoir une marine lacustre. La Bolivie, qui elle non plus n’a pas de façade maritime, entretient une escouade sur le lac Titicaca face aux Péruviens qui lui ont déjà fait la guerre en 1841.

Donc les ennemis des Suisses sur le lac Léman, c’est nous autres fourbes de Français. Sur les lacs Lugano ou Majeur, l’ennemi ce sont ces retors d’Italiens. Sans parler du lac de Constance, frontalier avec ces perfides allemands !

La Suisse s’occupe aussi de son armée de l’air

D’un côté des canots de combats sur le Lac Léman ; de l’autre, elle en est à la phase deux de sélection d’une nouvelle flotte d’avions de combat. La France est d’ailleurs dans la compétition avec ses Rafales, mais aussi l’Allemagne et les États-Unis.

Une décision devrait être annoncée au 2e trimestre 2021. L’aviation suisse n’est d’ailleurs pas passée loin de la catastrophe. Elle avait déjà choisi son avion : 22 Gripen suédois flambant neufs. Sauf qu’une votation, en 2014, avait interdit cette acquisition.

Cette année rebelote ! Le 27 septembre dernier – il y a donc à peine quelques semaines – une nouvelle votation d’initiative populaire devait décider si oui ou non, l’armée suisse pouvait renouveler ou non sa flotte ! Ce fut oui à un cheveu : 50,1% !

Dernière votation le 27 novembre

C’est même une guérilla que mène un groupe militant particulièrement efficace qui s’appelle le GSsA, le Groupe pour une Suisse sans Armée, et ce depuis sa création en 1982 : ce sont eux qui ont obtenu l’annulation de la vente des Gripen en 2014.

Eux aussi qui ont presque obtenu celle de cette année, à 8 000 voix près. Et ils remettent ça vendredi avec une votation contre le financement par les institutions financières suisses, publiques comme privées, de toutes entreprises à vocation militaire !

Or, l’air de rien, selon le GSsA, 113 institutions financières suisses cumulent plus de 9 milliards d’euros d’investissements dans l’industrie militaire. Sans compter les 630 millions d’euros d’armes exportées par la Suisse pour les 9 premiers mois de 2020. Record absolu de 2011 battu ! En fait, les Suisses, petits mais costauds !