Par Claude Guibal

L'Australie entend récupérer le contrôle total du territoire autogouverné de Norfolk

Clark Gable, Marlon Brando, Mel Gibson,trois acteurs qui ont chacun joué une version desRévoltés du Bounty , le trois-mâts de sa royale majesté britannique parti en mission à Tahiti il y a deux cents ans, et dont les marins vont se mutiner. Une révolte sanglante contre un chef tyrannique, le tout sur fond d'histoire d'amour passionnelle avec la Polynésie et surtout avec les tahitiennes...

Une histoire devenue culte, une mutinerie contre un capitaine sadique, paranoïaque et injuste, qui a fait les beaux jours du cinéma...

après moults péripéties, ces mutinés du Bounty se sont installés sur l'Ïle de Norfolk, entre l'Australie, la Nouvelle Zélande et la Nouvelle Calédonie. Ils ont fait souche, et 2000 personnes, descendants des mutins vivent donc aujourd'hui sur cette île, que la Grande Bretagne a transféré à l'Australie en 1913 tout en lui accordant un statut de territoire autonome, bien qu'associé à l'Australie.

Bomboras, Norfolk Island.
Bomboras, Norfolk Island. © / Steve Daggar

Et c'est là que ça pose problème ,car l'Australie entend depuis fort longtemps récupérer le contrôle total de ce territoire, certes petit, mais qui stratégiquement, peut l'intéresser. Et comme nous l'explique The Telegraph , elle entend aussi récupérer son argent, car à Norfolk, comme il n'y a pas d'impôt, l'île est en banqueroute et ses très maigres infrastuctures - notamment hospitalières ou éducatives - ne survivent que grâce à des prêts de l'Australie. Autant dire qu'il ne vaut mieux pas y tomber malade.

Le 1er juillet, Norfolk devrait donc devenir totalement Australienne. Les habitants sont furieux : cela voudrait dire pour eux renoncer à une identité et une histoire unique pour se soumettre au géant australien.

Aujourd'hui, les habitants de Norfolk vont tenter de jouer leur derniere carte auprès des nations unies à New York pour protester contre cette tentation colonialiste de l'Australie.

D'autant qu'ils y voient une revanche perverse de l'Histoire... Puisque l'homme qui préside aujourd'hui aux destinées de l'Australie, c'est le premier ministre Malcolm Turnbull qui s'appelle en fait Malcom Bligh Turnbull, de son nom complet...

Bligh , comme un certain Captain Bligh . LE fameux capitaine sadique qui commandait le Bounty, et dont les ancêtres du Premier Ministre Australien étaient de grands admirateurs.

Quand on vous dit que l'Histoire est vouée à se répéter....

A la une de la presse internationale : le résultat du premier tour de la présidentielle en Autriche...

L'Autriche où le candidat de l'extrême droite arrive très largement en tête, suivie de loin par un écologiste. Une "débacle attendue" selon le quotidien Der Standard . C'est la premiere fois qu'un président Autrichien n'est soutenu ni par les conservateurs, ni par les sociaux démocrate, du jamais vu depuis 1945. Un lent effritement qui avait été à peine évité en 2013 grâce à la mise en place d'une coalition.

Là c'est "le désastre pour la coalition", une "gifle" reprend le quotidien Der Kurier . A l'insatisfaction générale envers la politique gouvernementale s'est ajoutée la crise migratoire qui a servi de catalyseur, ajoute Der Standard . Et cela doit servir de message à Angela Merkel dit pour sa part le journal Die Welt : " la seule perspective d'une victoire de l'extrême-droite au second tour est un sinistre présage pour tous les pays à l'ouest de Vienne."

Et en Afrique, c'est autre choc . Celui dela disparition de Papa Wemba , le roi de la rumba congolaise, decédé à Abdidjan, sur scène, en plein concert, une légende vivante dans toute l'Afrique francophone, les journaux, les sites internet lui rendent hommage...

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.