L'idée c'est de construire des coquilles vides et, ensuite, de les mettre en vente entre 15 et 20% moins cher que le prix du marché.

L'idée a séduit la mairie qui subventionne ce projet de "Naked Houses" à hauteur de 600 000€
L'idée a séduit la mairie qui subventionne ce projet de "Naked Houses" à hauteur de 600 000€ © Getty / Martin Barraud

Il faut compter 680 000 € pour acquérir une propriété dans la capitale Britannique en moyenne ! Donc un groupe de trentenaire installé dans le nord-est de Londres a eu l'idée de réduire le prix en enlevant tout ce qui est inutile. Mais vraiment tout !

Pas de cuisine équipée, pas de parquets, pas de cloisons, pas de peintures sur les murs – juste le parpaing – pas de carrelage dans la salle de bain, juste une douche indiquée et des tuyaux, pas de prises électriques, des fils électriques. A vous d'inventer la vie qui va avec : il y a assez de brico-casto-dépôt à Londres pour qu'en quelques mois vous transformiez ce plateau nu en maison de poupée.

La mairie a trouvé l'idée bonne et lui a accordé 600 000€ de subventions : assez pour construire 22 maisons nues à Enfield. Elle coûteront entre 180 000 et 400 000 € l'unité et si ça marche, ce qui ne fait absolument aucun doute, sept autres sites seront ajoutés au programme.

Il faut dire qu'acheter une maison à Londres est inabordable. Exemple : dans le quartier où ces maisons nues vont être construite, le revenu moyen est de 47 000 € par an... Sauf qu'il faut gagner 165 000 € par an, plus de 3 fois plus, pour prétendre à un prêt immobilier !

L'idée de ces « maisons nues » n'est pas britannique mais sud-américaine ! En Colombie, au Chili ou au Brésil, on construit des centaines de ces maisons sans portes voire sans fenêtres toujours pour les vendre moins cher. Londres et Bogotá, même combat !

  • Une revue de presse qui commence par l'éditorial du New York Times

Parce qu'il parle évidemment de la présidentielle Française et qu'il est écrit par un des meilleurs connaisseurs de notre pays : Roger Cohen. Et, contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, il n'est pas tendre avec Emmanuel Macron. Ou plutôt, il a peur pour lui : « le plus grand danger pour Emmanuel Macron », écrit le NYT, « c'est évidemment de croire que son bon score au premier tour rend sa victoire inévitable au second ».

« Ce n'est pas le cas et Monsieur Macron, un néophyte en politique, ferait bien de se mettre au boulot : il y a de la rébellion dans l'air et cette même élite politique qui a été défaite à l'élection appelle aujourd'hui à voter pour lui pour faire rempart au FN ».

Et le quotidien de conclure : Macron a l'ambition de « transformer profondément » la France. Ca tombe bien l'Europe et la France ont besoin de cela. Son unique objectif doit donc tenir en 3 mots : travail, audace ET humilité ! »

  • *Un autre article étonnant dans le Washington Post cette fois
    *

On a retrouvé une copie rarissime de la Déclaration d'indépendance de 1776. En fait il n'existait qu'un seul exemplaire connu sur parchemin de cette déclaration historique des treize colonies britanniques. Il se trouve à la librairie du Congrès à Washington.

Ce second exemplaire se trouve donc en Grande-Bretagne et pas à Londres, mais dans les archives d'une toute petite ville presque côtière du sud de l'Angleterre Chichester qui tient donc l'assurance de milliers de visiteurs américains pour le siècle à venir !

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.