Les Britanniques attendent Donald Trump début juin pour une visite d'Etat. Pour le coup, "Baby Trump" - une baudruche orange de 6 mètres de haut - sera de sortie. Et peut-être même une montgolfière à son effigie...

Le fameux "Baby Trump" qui est désormais de toutes les manifestations
Le fameux "Baby Trump" qui est désormais de toutes les manifestations © Getty / SOPA Images

On l'a appris hier, Donald Trump se rendra à Londres en visite d'Etat début juin. J'allais dire, enfin ! Il est au pouvoir depuis 2 ans et demi et, jusque-là, les visites officielles de Donald Trump au Royaume-Uni se sont presque faites en cachette, tant il est impopulaire outre-Manche et suscite, à chaque fois, d'énormes manifestations.

La 1ère fois, quelques mois après sa prise de fonction, on lui avait stratégiquement épargné Londres où des dizaines de panneaux publicitaires et de flancs de bus à impériale l'attendaient avec ce slogan « Donald Trump est une ordure ».

La 2ème fois, en juillet dernier, il avait été accueilli par 250 000 manifestants et ce qui devait être une visite d'Etat a été re-qualifiée en « visite de travail ». Du coup, pas de dîner d'Etat mais juste un thé avec la reine à Windsor et pas mal d'erreur de protocole.

Montre et préséance royales 

Le genre de bourdes qui fait glousser les tabloïds de Sa Majesté et qui tendent à prouver que les Américains sont des cow-boys à peine dégrossis. D'abord, il est arrivé en retard pour le thé avec la reine qui n'a pas manqué de regarder sa montre avec ostentation.

Ensuite, pour la revue des gardes de Sa Majesté, il est passé devant la reine – qui je le rappelle est le Souverain du Royaume-Uni. A la décharge de Donald Trump, personne n'a oublié à Buckingham le jour où Jacques Chirac ou Michelle Obama ont touché la reine.

Mais cette fois-ci le temps pressait. Donald Trump ne voulait pas que Barack Obama le coiffe sur le poteau : car la 1ère fois qu'Obama s'est rendu en visite d'Etat en Grande-Bretagne, c'était les 24 et 26 mai 2011. Il restait donc quelques semaines à Trump pour l'égaler.

Deux cent cinquante mille manifestants prévus

Le président américain arrive le 2 juin et dès le 3, des centaines de milliers de manifestants défileront dans les rues de Londres pour l'accueillir. Avec, cerise sur le gâteau, le bébé Trump gonflable qui, l'année dernière, avait été un immense succès.

Ce ballon de baudruche est de couleur orange, six mètres de haut représentant Donald Trump en bébé geignard habillé d'une couche-culotte. Le président américain avait détesté et même expliqué qu'à cause de lui, il ne s'était pas senti le bienvenu.

Il en avait même conçu une haine toute particulière envers le maire de Londres qu'il n'a cessé depuis d'allumer sur Twitter. Entre autres, parce que Sadiq Khan avait donné son autorisation pour que le bébé Trump en baudruche puisse voler dans le ciel de Londres.

Une montgolfière à l'effigie du "bébé Trump" mais 5 fois plus volumineuse

Malgré tout, il a peu de chance de voir ce ballon caricature : les présidents américains refusent la traversée de Londres en carrosse avec la reine qui est traditionnellement associée aux visites d'Etat. Trop dangereux pour les services secrets américains qui le refusent systématiquement.

Mais les organisateurs de la manifestations ont pensé à tout : il vont faire fabriquer une montgolfière à l'effigie de ce bébé Trump orange en couche-culotte. Un aérostat qui pourra être vu de partout dans Londres et sera 5 fois plus volumineux que l'original.

Reste à rassembler les 80 000 € nécessaires à la fabrication de cet engin et surtout, à obtenir l'autorisation de survol de Londres. Ce qui, cette fois-ci, ne dépend plus du Maire de Londres et qui, du coup, est plus compliqué à obtenir.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.