Le président russe refuse la vaccination en public et publie de nouvelles photos dans l'immensité sibérienne. Décryptage.

Vladimir Poutine en juillet 2020
Vladimir Poutine en juillet 2020 © Getty / Alexei Druzhinin\TASS

Vladimir Poutine s’est donc fait vacciner mardi et pour le coup, il va falloir croire le Kremlin sur parole parce que le président russe a décidé de se faire vacciner loin des caméras et sans même indiquer lequel des 3 vaccins russes il se serait fait inoculer. Mais tout est étrange dans cette affaire :

Lorsque les journalistes russes ont demandé pourquoi Vladimir Poutine refusait de montrer sa vaccination à la télé, ils se sont vu répondre : « parce qu’il n’aime pas les caméras ».

Ce qui est faux : Vladimir Poutine adore la télé. Il est constamment suivi au journal télévisé quand il ne passe pas des heures à répondre aux questions des baboushkas dans des émissions spéciales annuelles.

Il aime tellement ça que les Russes l’on vu en janvier en maillot de bain bleu plongeant dans de l’eau glacée pour l’épiphanie orthodoxe. Le tout complaisamment diffusé par le Kremlin. En fait, je crois que la réponse est ailleurs…

Les faits et les chiffres…

Par exemple, les enquêtes locales d'opinion expliquent que les Russes sont 62% à refuser de se faire vacciner avec la star des vaccins locaux, le fameux SputnikV.

Les chiffres officiels, eux, montrent que 6,3 millions de Russes ont reçu au moins une dose de vaccin contre la Covid19. C’est-à-dire autant que les Français pour une population deux fois plus importante. Ce alors que le vaccin est produit localement !

Ajoutez que la campagne de vaccination russe a devancé la nôtre de trois semaines, il y a donc bien un problème de logistique ou d’acceptabilité ou les deux. La discrétion de Poutine serait donc le reflet de cet embarras. Mais il y a une autre hypothèse…

L’hypothèse est que Vladimir Poutine veut marquer sa différence avec l’Occident dont tous les leaders ont été vu relevant la manche pour être vaccinés. Tous sauf Poutine et accessoirement Xi Jinping.

Cette volonté de faire la différence se retrouve aussi dans les photos du président russe que le Kremlin a récemment diffusées. Les présidents étasuniens – d’Obama, à Biden en passant même par Trump – se font photographier au travail dans le bureau ovale. Vladimir, lui, se met volontiers en scène à la fraîche dans l’immensité sibérienne et en treillis.

De nouvelles photos et l'âge qui avance, avance, avance

Oui… et non ! D’abord, il n’y a pas plus étranger à la Sibérie que Vladimir Poutine, gamin des faubourgs de St Pétersbourg, officier du KGB et bureaucrate en chef depuis 20 ans au Kremlin. Un homme qui lorsqu’il prend des vacances, s'isole dans un palais rococo des bords de la Mer Noire.

Donc, ces photos racontent une fable : celle d’un homme qui, contrairement à ces Européens si précieux et à ces Américains amateurs de fast-food, est resté proche de la nature. Seulement voilà, le petit-père-du-peuple russe a vieilli. Il a aujourd’hui 68 ans.

Fini le cheval torse nu : désormais il conduit une sorte d’énorme SUV à chenilles, pique-nique avec des fourrures à portée de main, pour le confort. Bref, le même paysage glacé, le même message macho mais l’âge et les cols roulés en plus.