Tous ceux qui ont fait le magnifique chemin de Compostelle se souviennent de leur arrivée dans la ville de Saint Jacques, au pied de la sublime cathédrale de la ville sainte.

42 ans après sa mort les héritiers de Franco ne cèdent pas facilement ses biens
42 ans après sa mort les héritiers de Franco ne cèdent pas facilement ses biens © Getty / Central Press

Façade baroque spectaculaire, mais surtout église romane avec son célèbre porche de la Gloire. Entièrement sculpté et daté de 1188. Une splendeur à laquelle il manque deux statues : Isaac et Ezequiel d'une part ; Abraham et Jérémie d'autre part.

Or dans les années 60, la ville de Saint Jacques de Compostelle offre à Franco, le dictateur, les deux statues. Il accepte et décide d'en décorer son charmant manoir de Meiras, en Galice. On sait qu'elles s'y trouvent encore aujourd'hui.

Le plus incroyable dans cette histoire, c'est que personne n'a pensé à les récupérer ces statues. Je rappelle que Francisco Franco est mort en novembre 1975, il y a plus de 40 ans ! 

Personne depuis 40 ans n'avait osé ou imaginé réclamer ces deux statues millénaires

Jusqu'à hier. Hier, le parlement espagnol a l'unanimité a exigé du gouvernement qu'il mène l'enquête afin de récupérer les deux statues du porche de la Gloire. D'autant que la famille Franco les détient sans titre de propriété et sans même un document d'ailleurs.

Unanimité, pas tout a fait. Si le Parti populaire, parti conservateur, celui de l'actuel 1er ministre Mariano Rajoy, a voté en faveur de la résolution, il a tenu à exprimer sa réprobation face à « l'ardeur belliqueuse » de ses promoteurs.

L'histoire ne passe toujours pas en Espagne. Il faut avoir l'histoire de ces deux statues en tête, y compris lorsqu'on parle de Catalogne.

Le secrétaire d’état américain était en visite en Afghanistan 

Rex Tillerson, qui a effectué une visite surprise ce weekend à Kaboul et a été reçu par le président afghan Ghani. Enfin, presque... En fait, Rex Tillerson est resté à la base militaire américaine de Bagram, a environ une heure et demi de route de la capitale afghane.

Une photo diffusée par les Américains en témoigne. Mais c'est un peu humiliant pour le président afghan, obligé dans son propre pays de se déplacer en territoire militaire américain pour rencontrer un ministre, important certes, mais juste un ministre !

Comment faire ? Les Afghans ont eu une idée toute bête : photoshop ! Ils ont diffusé la même photo que les Américains mais ont « photoshopé » l'énorme horloge militaire qui trônait au dessus des deux hommes et qui donnait l'heure des Etats-Unis.

Malheureusement pour eux, ça s'est vu. C'est le Washington Post qui a levé ce lièvre. La présidence afghane se refuse depuis à tout commentaire.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.