Donald Trump a exigé par tweet des "transporteurs américains" qu'ils cherchent et détruisent tout colis contenant du Fentanyl venu de Chine. Explications.

Test de ce qui pourrait être du fentanyl, par des scientifiques
Test de ce qui pourrait être du fentanyl, par des scientifiques © Getty / The Washington Post

De quoi parle-t-on ce matin ? D'un tweet de Donald Trump que personne n'a vu passer. Ou plutôt personne n'y rien compris de ce côté-ci de l'Atlantique. C'était vendredi dernier et dans la bordée de tweet qui précédait son arrivée à Biarritz pour le G7, Donald Trump écrivait :  

« Par la présente, j'ordonne à tous les transporteurs américains – Fedex, Amazon, UPS etc – de fouiller puis de renvoyer tous les colis en provenance de Chine contenant du Fentanyl. J'avais exigé des Chinois qu'ils cessent leurs envois, ils ne l'ont pas fait ».

D'abord, qu'est ce que c'est que ce Fentanyl qui mérite un tweet du 45ème président des Etats-Unis ? Le Fentanyl est un opiacé de synthèse, c'est-à-dire un analgésique. Un anti-douleur, si vous voulez. Du paracétamol mais sur-vitaminé.

Épidémie d'overdose aux Etats-Unis

Exactement : le Fentanyl est même le plus connu de ces opiacés qui sont à la base d'une catastrophe sanitaire gravissime. En résumé, pendant une quinzaine d'année, les médecins américains ont prescrit à tour de bras ces médicaments très efficaces.

Ils avaient l'énorme avantage de ne pas être chers et surtout de pouvoir contrôler et apaiser toutes les douleurs : articulaires, post-opératoires, chroniques... Un médicament miracle, et, globalisation aidant, produit à bas-coût en Chine.

Sauf qu'ils sont, ces opiacés, plus addictifs encore que l'héroïne ou la cocaïne et, en plus, sur ordonnance. Rapidement, on a vu se développer un marché noir de ces opiacés, dont la vedette était donc le Fentanyl. Puis un abus de ces produits, et donc des overdoses.

C'est simple : sur 72 000 overdoses annuelles, 50 000 sont dues aux opiacés de synthèse. C'est du jamais vu ! D'où le terme d'épidémie et surtout, les tentatives de Donald Trump d'obtenir des Chinois l'arrêt de cette fabrication et de ces exportations.

Il faut savoir de 80% des opiacés de synthèse sont consommés aux Etats-Unis et l'essentiel provient de Chine. Or, la Chine est en ce moment en guerre commerciale ouverte avec Donald Trump et, visiblement, n'a pas voulu arrêter ses exportations.

Les guerres de l'opium, mais à l'envers !

L'Histoire avec un grand H nous fait un retournement spectaculaire dont elle à le secret et ce, à 150 ans de distance. Parce qu'au milieu du 19e siècle, 1843 et 1860, la Chine perdait ses deux guerres de l'opium avec la Grande-Bretagne.

Les Britanniques voulaient obliger les Chinois à importer en masse de l'opium fabriqué et exporté par leurs soins. Obligée de se plier, la Chine à mis plus d'un siècle à se débarrasser de l'addiction qui en a suivi pour des millions de Chinois.

Et que constate-t-on un siècle et demi plus tard : que le pays qui avait été humilié par ces guerres expédie aujourd'hui, surtout aux Etats-Unis, le Fentanyl, un opiacé de synthèse à l'origine de millions d'addictions de dizaines de milliers d'overdose. L'histoire voudrait se venger qu'elle ne s'y prendrait pas autrement !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.