Par Claude Guibal

On part au Mexique où une nouvelle ligne de bijoux vient d'être lancée sur le marché et pourrait devenir un best seller...

D'habitude dès qu'on parle breloques, je m'emballe, ce qui explique que je me soit ruée sur Fusion, le magazine sudaméricain qui nous présente cette semaine la ligne Geek and Chic ... Des bracelets et des colliers ornés de pendentifs rectangulaires plaqué or ou argent, pas super beaux, pour tout dire, 60 euros pièce, c'est pas donné pour ce que c'est, ou plutôt ce que ça semble être.__ Car en fait, ce sont des bijoux anti agression.

Si vous êtes en danger, une pression sur le pendentif. Doté d'un système electronique il envoie alors des SMS d'alerte . Il est relié via une appli à votre portable et peut aussi permettre une géolocalisation par GPS.

Geek and chic conçoit des bijoux anti aggression
Geek and chic conçoit des bijoux anti aggression © Geek and chic

On en est au stade expérimental, c'est un groupe de jeunes diplomées qui vient de commercialiser ces bijoux. Toutes, comme deux femmes sur trois au Mexique, ont été victimes de violences . Il faut savoir que le Mexique est un des pires pays au monde pour les femmes, le premier pour les violences sexuelles, une agression toute les 5 minutes. Chaque jour, 6 femmes sont assassinées : 2300 en moins de dix ans dans le seul état de Mexico.

El Pais raconte ainsi la grande manifestation qui a eu lieu ce week-end dans les rues de Mexico, des milliers de femmes qui ont défilé pour protester contre les violences de genre, des femmes qui n'ont pas voulu que les hommes marchent au milieu d'elles, pour mieux souligner l'effet de masse.

Elles ont utilisé très largement les réseaux sociaux pour mettre en place cette manifestation pour obliger les autorités à reconnaitre le problème des féminicides, des meurtres et des disparitions de femmes, très souvent les enquêtes sont baclées, abandonnées... Les créatrices des bijoux Geek and Chic étaient bien sûr parmi les manifestantes, avec un voeu : que leur start-up soit très vite condamnée à disparaître et qu'il n'y ait plus besoin de protéger les femmes du Mexique...

Dans la presse aux Etats-Unis on ne parle que du pacte anti Trump

Le Washington Post . Alors que 5 états votent aujourd'hui pour les primaires, deux candidats républicains qui s'allient pour faire trébucher Donald Trump... John Kasich se retire de la course en Indiana et Ted Cruz fera de meme au Nouveau Mexique et en Oregon. Le New-York Time s explique comment ce deal peut stopper Trump dans sa course à l'investiture, l'article - honnêtement - ressemble à un exercice de math avec du calcul de délégues multiplié par le nombre de jour d'ici la convention, divisé par la fortune de Trump, je caricature, mais sérieusement, c'est du niveau bac +10. Quoi qu'il en soit, NBC News pour sa part estime que cette alliance montre déjà ses failles, et que le parti républicain est en plein déni. Ce n'est pas Trump qui a mis le main sur le parti, ce sont ses leaders, par leur politiques hasardeuses qui ont permis à Trump de s'installer explique NBC. Pour le Guardian de toute façon, ce pacte, c'esttoo little, too late , trop peu et trop tard... Résultat cet été, au moment du choix final du candidat à la Maison Blanche.

On parle de la France aussi :

Avec cet article de Foreign Policy qui fait polémique: il explique que la laïcité - concept très français - a pris une forme militante très éloignée de son origine. Et l'article se conclut par cette phrase : " pour certains serait cette version aggressive et fondamentalise de la laïcité qui a contribué à la radicalisation des jeunes devenus terroristes. .. De quoi déclencher la fureur des français qui sont tombé dessus.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.