Pour la 1ère fois depuis plus de 600 ans, les cloches de la vénérable cathédrale d'York, dans le nord de l'Angleterre, n'ont pas sonné pour la nuit de Noël.

Cela n'a l'air de rien, mais en fait c'est une véritable catastrophe nationale. Parce qu'il ne s'agit pas de 3 cloches qui font ding-dong... Non, le carillon de la cathédrale de York nécessite 30 sonneurs expérimentés, sous la direction d'un sonneur en chef... On vient de toute la Grande Bretagne pour écouter cette merveille.

Surtout évidemment le soir de Noël. D'où la stupéfaction des Britanniques lorsqu'on leur a annoncé qu'il n'y aurait pas de cloches de Noël cette année. Et pour une raison assez simple : les 30 sonneurs ont tous été virés du jour au lendemain.

Mais qu'ont-ils fait pour mériter une pareille sanction ? En fait, le conflit avec l'archevêché de York couvait depuis plusieurs mois. Depuis que le sonneur en chef a fait l'objet d'enquêtes policières pour attouchements sur mineur, une 1ère fois en 1999 et une seconde fois en 2014.

Mais dans les deux cas, cet homme, David Potter n'a jamais été inculpé, ni même inquiété. Seulement voilà, les histoires de pédophilie sont décidément trop sensibles en Grande-Bretagne. Surtout au sein d'une institution religieuse, vous l'imaginez bien.

En clair, l'archevêque de York, Mgr John Sentamu, qui est le 2e en importance au sein de l'Eglise d'Angleterre après l'évêque de Canterbury, n'a voulu prendre aucun risque : il a donc voulu virer David Potter et, devant la solidarité des 30 sonneurs, il a les a tous congédiés.

Les 30 sonneurs ont été convoqués et, quelques minutes plus tard, charité chrétienne ou pas, ils avaient leur lettre de licenciement à la main. L'archevêché avait même pris soin de changer les serrures du carillon. Rien n'y a fait : même le fait que certains d'entre eux sonnaient les cloches de la cathédrale depuis des décennies. Leur seule consolation a été la solidarité des leurs : l'archevêché a essayé de faire venir des sonneurs depuis Leeds pour Noël : ça a été non !

Dans la revue de presse internationale de ce lundi 26 décembre, un journal chinois, le South China Morning Post de Honk Kong sur un article ahurissant : 2 tonnes et demi de riz saisi au Nigéria en provenance de Chine. Du faux riz destiné aux étals des restaurants et qui s'est retrouvé mêlé à du vrai riz en Afrique. Personne ne comprend cette entourloupe côté chinois. D'autant que le riz en plastique coûte 10 fois plus cher au kg que le vrai riz. Le mystère est entier et la Chine enquête, elle qui produit la quasi totalité des aliments artificiels au monde.

Enfin, pour conclure, un petit cadeau de Noël trouvé sur le site du quotidien britannique The Independent : il s'agit d'un concert de chant de Noël enregistré au Liban. Une très belle version en arabe de "Douce Nuit, Sainte Nuit" reprise par un chœur de jeunes filles. Un chœur de jeunes filles musulmanes, venues chanter Noël dans une église chrétienne du Liban... Cela se passe de commentaire...

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.