Elle avance masquée, c'est même sa marque de fabrique. Myss Keta, une rappeuse italienne, portait le masque chirurgical avant la pandémie... et le porte toujours, en solidarité.

Myss Keta lors d'un concert à Milan en février 2019
Myss Keta lors d'un concert à Milan en février 2019 © AFP / Mairo Cinquetti / NurPhoto / NurPhoto

Elle s’appelle Myss Keta, elle est rappeuse et se définit elle-même comme la « reine des nuits milanaises ». Mais elle a une particularité qui la rend effectivement « Covid-compatible » : elle porte un masque, et ce depuis des années ! 

Depuis 2013, date où cette créature sans âge et hypersexualisée est apparue sur les écrans puis dans les salles de concert et les boites du nord de l’Italie, elle porte donc au pire, un bête masque chirurgical bleu, au mieux, un masque noir couvert de strass.

Elle en a des milliers et en a fait sa marque de fabrique ainsi qu’une forme de plaidoyer pour l’anonymat, à commencer par le sien qu’elle préserve jalousement. Strass, sensualité, texte olé-olé : Myss Keta est aussi devenue une icône gay à Milan.

En Italie, tout le monde porte désormais des masques…

On a même vu que le port du masque, déjà largement diffusé dans la population italienne vient d’être rendu obligatoire dans tout le pays. Il faut dire que le nombre de cas de Covid19 détecté est en progression constante avec hier 21 273 cas recensés.

Alors c’est vrai que, du coup, ce qui faisait l’originalité de Myss Keta est devenu le lot commun de tous les Italiens. Avant, explique-t-elle au journaliste du New York Times, venu l’interviewer, « seuls les fans du 1er rang de mes concerts portaient le masque ».

Son premier réflexe a été de distribuer des centaines de ses masques qui, au début de l’épidémie, manquaient autant en Italie qu’en France. Aujourd’hui, elle pense à d’autres « masquage » : casque de moto, comme les Daft Punk, ou hyper-maquillage.

D'autres chanteurs masqués ont eu moins de chances

Parce qu’elle n’est pas la seule à user du subterfuge. Au sud du pays, à Naples exactement, il y a aussi Liberato qui trois années durant s’est masqué pour camoufler son identité.

Sauf que la dernière fois qu’il a usé du masque dans un titre, c’était trois jours avant le confinement fin février du nord de l’Italie. Il voulait faire mauvais garçon, il a surtout semblé ridicule et de mauvais goût. Et plouf dans les oubliettes de la notoriété.

Myss Keta, elle a la communauté LGBT pour la soutenir mordicus, clip après clip sur sa chaîne Youtube, Instagram, DailyMotion… et j’en passe : elle est présente sur toutes les plateformes. D’autant qu’en Italie, les gays ont eu belle surprise ces derniers jours !

Le pape François en embuscade vaticane

Le pape François qui, mercredi dernier, a lâché une petite bombe : 

personne n’a le droit d’expulser quelqu’un de chez lui ou d’être malheureux parce qu’il est homosexuel. Il faut qu’une union civile soit possible pour qu’ils soient légalement protégés.

Le Pape venait donc d’approuver les Pacs, union civile et autre contrats passés entre personne de même sexe. Alors pour fêter cette petite claque aux « manifs pour tous » de toute l’Europe, écoutons un peu de Myss Keta, la diva masquée LGBT italienne :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.