Un demi-million de bikers rassemblés pendant dix jours à Sturgis, petite ville du Dakota du Sud : la bombe sanitaire à retardement est désormais prête à exploser.

Des milliers de bikers réunis à Sturgis (photo datant de 2008)
Des milliers de bikers réunis à Sturgis (photo datant de 2008) © Getty / Andrew Woodley/Universal Images Group

Direction les Etats-Unis, dans le Dakota du Sud. Mieux encore, dans une toute petite ville d'à peine 7 000 habitants : Sturgis. Une ville que tous les bikers américains connaissent et révèrent.

C'est là qu'une fois par an, ils viennent de tout les Etats-Unis pour un festival qui dure une dizaine de jours et qui existe depuis presque 80 ans. Cette année, ils étaient près d'un demi-million à s'y retrouver du 7 au 16 août.

Des dizaines de boites et de bars, des salons de tatouages, des concerts jusqu'au bout de la nuit, de l'alcool à flots et des motos vrombissantes à tous les coins de rues. Ah que c'était la fête !

L'appel du dieu Dollar 

Il se trouve que la gouverneure du Dakota du Sud, Mme Kristi Noem, 1ère femme élue gouverneure de cet Etat rural, a refusé d'interdire l'évènement et plus, elle a refusé de rendre obligatoire le port du masque.

Il faut dire qu'il s'agit de motards à qui demander d'abdiquer la sacrosainte "liberté américaine" pour un bout de tissu et du gel hydroalcoolique est quasi mission impossible. Il faut dire aussi que ça rapporte beaucoup.

800 millions de dollars par édition dont une bonne partie va dans les poches des 7 000 résidents de Sturgis. Alors cette année, il y a bien eu quelques réticences, mais vite balayées par l'urgence économique.

Tracer les téléphones portables

Je ne vous le fais pas dire : 10 jours à peine après la fin de ce festival gargantuesque, l'Etat hôte plus ses voisins le Minnesota, le Nebraska, et le Wyoming ont déjà compté 88 cas de Covid-19 directement lié à l'événement.

Ce n'est qu'un début : déjà lundi, deux autres Etats se sont ajoutés à la liste en signalant de probables contagions : le Dakota du Nord, mais plus inquiétant l'Etat de Washington, tout à fait à l'Ouest du pays ! En clair, la contagion s'étend de plus en plus loin.

Et s'il fallait une preuve de plus de cette bombe sanitaire à retardement, il suffit de tracer les téléphones portables des festivaliers. Le résultat est effrayant : 61% des 3 141 comtés américains ont au moins été visité par un des joyeux festivaliers de Sturgis.

Mille morts par jour

Il faudrait un système de traçage unifié, or les Etats-Unis sont un pays fédéral. Cette désunion des santés publiques explique les disparités avec des endroits sans presque plus d'infections ou de morts, comme New York, et d'autres en pleine flambée épidémique.

Conclusion, les Etats-Unis n'ont pas vraiment connu de pause estivale : en juillet et en août, un millier d'Américains en moyenne sont décédés tous les jours du Covid-19. En nombre de morts par million d'habitants, ils ont désormais rattrapé la France.

Surtout, ils se rapprochent vite de l'Italie, de l'Espagne ou du Royaume-Uni. A ce rythme qui semble à peine ralentir, ils auront 200 000 morts mi-septembre. Et cette année, on pourra même dire qu'une partie de la pandémie a traversé les Etats-Unis en moto.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.