Le dictateur joufflu de Corée du Nord a disparu des radars officiels de son propre pays. Maladie ? Opération ? Mort ? Ou simplement ruse : balayons les hypothèses.

Kim Jong Un n'a plus donné signe de vie depuis plusieurs jours laissant la planète entière dans l'interrogation
Kim Jong Un n'a plus donné signe de vie depuis plusieurs jours laissant la planète entière dans l'interrogation © AFP / Brendan Smialowski

Où est passé Kim Jong-un, le « cher leader » nord-coréen ? Est-il mort ? Est-il convalescent ? Est-il confiné pour cause de Covid-19 ? Est-il en villégiature ? Où est-il, que fait-il ?

En fait, Kim Jong-un, 36 ans, n'a pas été vu en public depuis le 11 avril dernier. Pire ! Il a manqué les cérémonies annuelles commémorant la naissance de son grand-père, Kim Il-sung. C'était parti pour la machine à rumeurs. 

Ce n'est pas la première fois qu'il disparaît de cette façon !

C'est vrai qu'il avait disparu en 2014 et pour un mois entier. A l'époque, les rumeurs les plus folles avaient couru sur une révolution de palais. Puis il était réapparu, tranquille, mais marchant avec une canne.

Plus proche de nous, il a à nouveau disparu le 25 janvier pour ne réapparaître que le 16 février. Puis, plus de nouvelles pendant 12 jours, jusqu'au 28 février. Mais là, il y a une explication logique : le confinement du leader joufflu de Corée du Nord.

La Corée du Nord a fermé sa frontière avec la Chine dès le 23 janvier : quelques jours à peine après les premières mesures prises à Wuhan. C'est même le premier pays à avoir pris des mesures si radicales. L'Italie suivra, mais un mois et demi plus tard, le 9 mars.

Le pays n'a déclaré aucun cas de Covid-19

Depuis des semaines, on explique que la Chine a menti éhontément sur ses statistiques, ce n'est pas pour faire confiance à plus dictatorial, plus policier et plus claquemuré que Pékin ! Par contre, il est certain que la Corée du Nord n'avait pas d'autres choix.

Le système de santé nord-coréen est incapable de supporter une épidémie de cette ampleur. Pour vous donnez une idée, il est classé 193e sur 195 pays évalués par l'Université John Hopkins. Derrière la Syrie et juste devant la Somalie, deux pays ravagés par la guerre !

Même si quelques indices extérieurs laissent penser qu'au moins, le régime se prépare au pire, à savoir la deuxième vague "corona-virale" : du matériel médical a été importé, un nouvel hôpital général est en construction depuis le 26 mars à Pyongyang, la capitale.

Kim Jong-un est-il mort ou pas ?

Plutôt vivant : d'abord, la Corée du Sud n'a rien détecté d’anormal. Mieux ! On a vu le grand train du leader joufflu en gare. Plus exactement, des spécialistes on reconnu – par satellite – le train spécial utilisé par les Kim lorsqu'ils partent en voyage.  

De plus, le train n'a pas été repéré n'importe où mais en gare de Wonsan, une station balnéaire pour la nomenklatura nord-coréenne.

Sauf que les Nord-Coréens savent qu'on les surveille et ont pris l'habitude d'envoyer des leurres, comme par exemple, de balader le train présidentiel. Conclusion : on n'en sait rien et on en est réduit à surveiller la presse officielle.

Si dans les jours qui viennent de longs éditoriaux vantent, l'air de rien, les mérites des trois Kim - grand-père, père et fils - alors oui, ça sentira les funérailles officielles. A moins que Jong-un ne réapparaisse demain, souriant et détendu après trois semaines de vacances, et prêt à s'adonner à son pêché mignon : le lancer de missiles en mer du Japon !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.