Les shebabs somaliens ont décidé d'émettre une fatwa contre les sacs plastiques à usage unique. Quelle mouche écologiste a piqué un des groupes terroristes les plus meurtriers au monde ? Explications.

J'ai aussi voulu apporter ma contribution à la journée France inter sans plastique... Après tout, 124 pays dans le monde  – sur 193 représentés à l'ONU, c'est pas mal – 124 pays ont donc déjà adopté des législations restreignant ou interdisant l'usage des sacs plastiques. Donc, c'est en Somalie que j'ai trouvé cette histoire, un pays martyr en proie à une guerre civile puis régionale depuis 1991. Près de 30 ans et plus de 500 000 morts.

Avec au moins un groupe d'islamistes radicaux à Al Qaida dont nous avons tous entendu parler : les Shebabs. Or il se trouve que les Shebabs ont, eux aussi, voulu interdire les sacs plastiques à usage unique.

Ni une plaisanterie, ni une Fake news

L'info à même été rapporté par le New York Times. C'est le moment de citer le communiqué d'un des groupes terroristes les plus meurtriers au monde, responsable d'attentats épouvantable, le plus récent en janvier dernier à Nairobi, la capitale kenyane :

Ce communiqué date aussi de janvier et précise, dans un vocabulaire que ne renierait pas les plus militants des écologistes : « les sacs plastiques sont un danger sérieux pour le bien-être des hommes comme des animaux et doivent être interdits ».

En clair, c'est une fatwa contre le plastique. Je vous vois effarés. Pourtant il y a une logique : lorsqu'au nom de la religion, on vomit danse, chanson, télévision, éducation des filles, on hait la modernité et le sac plastique est un sous-produit de cette modernité.

Tous les trafics les moins écolos pour se financer

D'abord, en regardant un peu, on se rend compte que l'écologie militante des Shebabs s'arrête dès qu'il s'agit d'argent : Le nerf de la guerre. On les retrouve impliqués dans les pires trafics :

Trafic d'ivoire, de corne de rhinocéros et surtout, le moins écolo de tous les trafics : celui de charbon de bois ! Les Shebabs se financent en partie en abattant des milliers d'arbres et en exportant du charbon de bois vers les monarchies du Golfe.

Quant à utiliser des sacs plastiques, il ne s'en privent pas lorsque ça leur semble nécessaire : c'est avec des sacs plastiques remplis d'explosifs qu'ils terrorisent les commerçants pour les racketter.

It's the economy, stupid !

Vous savez ce que disait Clinton : « it's the economy stupide ! ». Depuis qu'ils ont été chassé des grandes villes de Somalie, il ne leur reste plus que les paysans et les éleveurs à racketter. Surtout les éleveurs, qui sont l'essentiel de la population rurale de Somalie.

Et ils se font payer en nature, c'est à dire en boeuf et biquettes ! Or, il se trouve que dans cette région, la 2e cause de mortalité du bétail, c'est justement l'ingestion de sacs plastiques. Autrement dit, les Shebabs font d'une pierre deux coups !

D'un côté, ils se font de la pub et font parler d'eux – la preuve cette chronique. De l'autre, ce sont des racketteurs cohérents : les sacs plastiques nuisent au bétail, donc à leurs revenus, donc interdisons les sacs plastiques. La logique est implacable, comme les Shebabs eux-mêmes.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.