Et le vainqueur serait plutôt Hillary Clinton.

Le débat s'annonçait très brutal. Et c'est Hillary Clinton qui a eu ce moment de sincérité que tout le monde attendait en laissant échapper un "Wow ! Ok !" (en fait très certainement préparé)

Pour le New York Times, Hillary Clinton a besoin de travailler ses blagues qui tombent décidément toutes à plat, alors même qu'elle est célèbre pour son rire sonore. Encore un effort Hillary !

Ensuite, Trump : plutôt bon dans la première demi-heure et qui réussit à déstabiliser l'ex-secrétaire d'Etat et même à avancer quelques arguments bien senti. Comme ce « it's all words », des mots encore des mots, qui affecte tout particulièrement la candidate.

Enfin, le New York Times se reprend, n'oubliant pas qu'il soutient officiellement Hillary Clinton :

Elle est peut-être une candidate médiocre, mais sa plus grande force a toujours été le débat. Elle est informé, bien préparée et surtout plus humaine. D'où le "Wow ok".

Même son de cloche du Los Angeles Times dont les trois éditorialistes donnent vainqueur Hillary Clinton par KO :

Trump s'est répété, Clinton s'est préparée. En fait, il n'y a qu'un seul Donald Trump, facile à lire et facile à énerver. C'est exactement ce qu'a réussi à faire Hillary Clinton. Tout en restant calme et déterminée.

  • Aux Etats-Unis, une autre histoire de clowns maléfiques...

Tout commence par un communiqué ahurissant diffusé hier par la police du Tennessee à l'attention de tous les habitants :

Méfiez-vous des clowns autour de chez vous, ils pourraient essayer d'attirer vos enfants dans les bois. Il pourrait s'agir de prédateurs.

A l'appui du communiqué, une photo vraiment effrayante où l'on voit deux hommes déguisés en clown sur un fond de forêt, le tout entre chien en loup. Photo, bien sûr que vous retrouverez sur le site de France inter.

Je sais, ça paraît délirant mais cette histoire de clown maléfique est en train de traverser tous les Etats-Unis et ce depuis plusieurs semaines. En Caroline du Sud, la police a prévenu que toute personne déguisée en clown serait immédiatement arrêtée.

En Caroline du Nord, dans l'Alabama et en Géorgie, des clowns esseulés ont été repérés sur les routes, dans des chemins de traverse, le soir tard. Dans le Kentucky une clownesse a été photographiée immobile, les yeux fixes, au bord d'une autoroute.

En fait, la peur des clowns est une peur typiquement américaine et d'ailleurs le cinéma d'horreur a largement exploité ce filon : à commencer par le personnage de Joker, le vilain au sourire éternel de Batman.

Mais on pourrait citer It, ou Ça, le clown tueur de Stephen King, Dark Clown, sorti en 2014, ou encore l'inénarrable Les Clowns tueurs venus d'ailleurs, un mélange d'invasion extraterrestre et de clowns assassins. Le sujet semble inépuisable.

La question reste toujours posée : pourquoi cette phobie des clowns ? Les chiffres sont étonnants : 12% des Américains sont carrément coulrophobes mais 43% avouent les détester. En fait, c'est tout simplement lié à l'histoire des Etats-Unis ;

Clown, c'est le métier qu'exerçait les « hobos », c'est-à-dire les ouvriers errants et pauvres, embauchés à la tâche, quand ils étaient sans emploi. En hiver, par exemple. Autrement dit, clown c'était un boulot de mauvais garçon, dangereux et menaçant.

Voilà d'où vient cette phobie américaine : c'est avant tout une phobie sociale. Et d'ailleurs regardez la carte : quels sont les Etats qui signalent des clowns louches ? Les Etats du sud, ségrégationnistes, ruraux, très religieux et... des Etats qui votent Trump.

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.