Un cadeau de 100 mètres de haut, 520 mètres de large, un lac de retenue de 16 kilomètres de long pour un coût total de 4 milliards d'euros.

Pour son départ de la présidence de l'Angola, Jose Eduardo dos Santos a fait un joli cadeau à sa fille
Pour son départ de la présidence de l'Angola, Jose Eduardo dos Santos a fait un joli cadeau à sa fille © Maxppp / MANUEL DE ALMEIDA

4 milliards d'euros, c'est un peu vulgaire mais c'est le prix du Caculo Cabaça : un barrage sur le fleuve Kwanza. La première pierre a été scellée le 4 août. Et il s'agit du cadeau de départ du président Angolais Jose Eduardo dos Santos à sa fille Isabel dos Santos.

Président qui a d'ailleurs pensé à tous ses enfants avant de partir : à son fils cadet, qui n'avait encore rien pour vivre décemment, il a donné des parts dans une banque toute nouvelle, immédiatement dotée de quelques milliards de capital.

Mais la prunelle de ses yeux, c'est Isabel. C'est simple, il en a fait la femme la plus riche d'Afrique selon le magazine Forbes : 3 milliards d'euros juste pour elle. Elle a obtenu sans appel d'offres près de 40% du contrat pour la construction du barrage.

Un barrage à construire, c'est moins un cadeau qu'un fardeau ?

La construction du barrage, c'est pour les Chinois. Isabel, elle se salit pas les mains, elle est là pour encaisser les dollars ! Lorsque le barrage sera construit, il produira de l'électricité et qui touchera les dividendes : Isabel, bien sûr !

Vous me direz, au moins le président Dos Santos, 74 ans, lui, il a su partir à temps. C'est-à-dire après des législatives qui ont eu lieu ce weekend et un successeur désigné par lui. Et c'est vrai que si l'on regarde autour de l'Angola, on mesure le problème.

Au Zimbabwe, Mugabe à 93 ans et il est en poste depuis 30 ans. En Guinée équatoriale, Teodoro Obiang à 75 ans, dont 38 comme président. Au Cameroun, Paul Biya à 84 ans et est chef d'Etat depuis 35 ans. En Uganda, Museveni à 73 ans, dont 31 au pouvoir.

Tous se sont servis : les fils Mugabe et son épouse Grace qui a même eu affaire à la police sud-africaine ; le fils Obiang, dit Teodorin, et ses voitures de luxe. Mais en Angola en tant qu'éponge à pétrole, les cadeaux familiaux valent 4 milliards d'euros !

Et si on parlait de l'Ukraine aussi, et de son piège à espions nord-coréens

Ou l'art de piéger deux espions nord-coréens. Pour cela, il suffit de leur faire visiter une usine de missiles longue-portée – l'Ukraine en a quelques unes – et vous prétextez d'avoir un truc à faire. En clair, vous les laissez seul.

Quelques minutes suffisent : ils sortent appareil photos et commencent à fouiller le labo, sortent des plans, les mitraillent et hop ! Le tour est joué. Toute la scène a été filmée, les espions arrêtés et les images ont fuité pour être reprises par CNN.

La question est plutôt : pourquoi faire tant de pub autour de ce film d'espionnage de série B orchestré par les Ukrainiens ? Parce qu'on soupçonne l'Ukraine d'avoir aidé en sous-main la Corée du Nord à améliorer ses missiles.

Il fallait montrer patte blanche, surtout auprès des Américains, alors les deux Dupont et Dupont nord-coréens ont fait les frais de cette pantalonnade à vocation publicitaire.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.