Le livre s'appelle "La Madone au manteau de fourrure" et il a été publié pour la première fois en 1943.

Devanture d'une librairie à Istanbul (Turquie)
Devanture d'une librairie à Istanbul (Turquie) © AFP / Artur Widak / NurPhoto

Il s'agit d'une histoire d'amour dans le Berlin des années 20. Son auteur, lui, s'appelle Sabahattin Ali et il est mort peu de temps après la publication, en 1948. Son petit livre est tombé dans l'oubli, jusqu'à ce qu'un éditeur d'Istanbul décide en 1998 de le republier. Depuis, d'année en année, les ventes ne cessent d'exploser.

L'année dernière, il s'en est vendu 350 000 alors que le plus grand écrivain turc, Orhan Pamuk, prix Nobel de littérature 2006, n'a vendu que 240 000 copies de son dernier livre. En tout, plus d'un milion d'exemplaires de La Madone se sont écoulés. Un record.

C'est la belle histoire d'amour qui explique ce succès de librairie, mais en partie seulement.

D'une part, l'histoire se passe dans un Berlin cosmopolite, moderne, loin encore de la barbarie nazie. Un Berlin d'intellectuels et de cafés bruyants, un peu comme le Berlin d'aujourd'hui où tant de Turcs ont immigré et vivent.

Ensuite, il y cette histoire d'amour si belle qui commence dans un musée où le jeune Raif est fasciné par la ressemblance entre une visiteuse et un tableau qu'il admire, La Madone au manteau de fourrure, justement.

La jeune femme s'appelle Maria et leur amour est passionné. Or, une histoire d'amour aussi brûlante, aussi dévorante est l'antithèse de la Turquie officielle, celle du président Erdogan, si puritain.

Mais il y a aussi la personnalité de l'auteur: Sabahattin Ali est un militant communiste, un activiste, un intellectuel engagé. Il a passé plusieurs années en prison et il n'est pas mort dans son lit en 1948 mais il a été assassiné. Sa vie est un hymne à la résistance à l'oppression.

Or dans un pays aussi clivé que la Turquie d'aujourd'hui où des profs d'université, des journalistes, des intellectuels sont renvoyés, poursuivis, emprisonnés ; la vie et la mort de Sabahattin Ali sont devenus une référence pour une partie de la jeunesse turque.

Et voilà comment un petit livre d'amour en est venu à symboliser une certaine résistance turque à l'oppression, 74 ans après sa publication et près de 70 ans après la mort de son auteur, un intellectuel communiste et amoureux nommé Sabahattin Ali.

  • Un article Indonésien

Un article paru il y a quelques jours dans le Jakarta Post et qui raconte l'extravagante visite d'Etat de neuf jours du roi Salman d'Arabie saoudite. Une suite de 1 500 personnes dont 10 ministres et 25 princes. Un total de 459 tonnes de bagages dont deux limousines.

En plus, ajoute le Jakarta Post, pour gérer ces centaines de tonnes de bagages, l'Indonésie a mobilisé plus de 500 personnes. Bref, une débauche de moyens qui n'est pas sans rappeler le séjour du même roi Salman et de sa suite sur la côte d'Azur en 2015.

L'histoire pourrait en rester là avec un commentaire convenu de ma part, du style : "quelle gabegie!" Mais je suis tombé sur un article du Washington Post parlant de ce voyage. Qu'a fait le journaliste du Washington Post? Son boulot de comparaison.

Lorsque Barack Obama a visité l'Afrique sub-saharienne en 2013, il était accompagné de 56 véhicules dont 14 limousines et précédé par des centaines de militaires et membres des services de renseignement américains. Vous me direz, c'est l'Afrique. Eh bien non. En 2014, le même Barack Obama, pour se rendre en visite officielle à Bruxelles, était accompagné de 900 personnes et de 45 véhicules spéciaux. Cela change tout lorsqu'un journaliste consciencieux fait simplement son boulot, non?

  • Un petit tour en Italie

Pour finir sur un peu de beauté. La Stampa rapporte une initiative vaticane bienvenue: 220 photos très haute définition de personnages peints par Michel-Ange dans la Chapelle Sixtine ont été rassemblés dans une livre exceptionnel. Les images font 42cm par 1m20 et les détails ainsi que les couleurs sont stupéfiantes de précision. 1 999 copies de cet ouvrage incroyable ont été tirées et envoyées dans les bibliothèques les plus prestigieuses au monde pour être partagées.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.