L'équipe de foot d'Egypte a donc accepté l'invitation de la Tchétchénie : c'est depuis la petite république caucasienne qu'elle préparera sa coupe du monde de foot... Et Ramzan Kadirov a mis les petits plats dans les grands

Ça semble étonnant d'associer Tchétchénie et foot, mais la Tchétchénie, c'est la Russie. Ça a beau être une république autonome, dirigée par un satrape oriental désigné par le Kremlin, Ramzan Kadirov, alias le « boucher de Grozny », il n'y avait pas de raison que la coupe du monde ne passe pas par là.

Encore fallait-il qu'il y ait une bonne raison d'y faire un détour ! Le Washington Post raconte que c'est chose faite : l'équipe nationale égyptienne et sa star incontestée Mohamed Salah, a décidé d'en faire sa base arrière pour le temps de la compétition. Soyons juste, ça a du sens :

Après tout, à Grozny, où Kadirov s'est appliqué à effacer la moindre trace des 2 guerres qui a tué un cinquième de la population tchétchène, il y a des mosquées a tous les coins de rue, y compris la plus grande d'Europe. Sans compter qu'on y mange halal.

Les Egyptiens seront bien reçus et bien logés...

Evidemment ! Un hôtel de luxe payé par les Emiratis vient à peine d'être inauguré, officiellement pour relancer le tourisme, mais juste à temps pour accueillir l'Egypte, une des 4 équipes arabes, c'est une première, sélectionnées pour ce mondial russe.

Pour Vladimir Poutine, c'est une bonne affaire. Une façon de montrer que, contrairement  à ces racistes d'Occidentaux, lui sait recevoir Arabes et Musulmans. Il me manque jamais de souligner qu'en Russie vivent 20 millions de musulmans.

Et il a décidé de faire du Caucase et de la Tchétchénie sa vitrine sunnite : oublié les 200 000 morts et Grozny détruite, écrasée sous les tapis de bombes russes. Battus les centaines, voire les milliers de djihadistes russo-tchétchènes en Syrie et en Irak.

Poutine veut faire de Kadirov son ambassadeur personnel en pays musulman...

Vous comprenez le problème : Kadirov, c'est celui que tout le monde soupçonne d'avoir fait tuer la journaliste Anna Politkovskaïa, le 7 octobre 2006, pour l'anniversaire de Poutine, ou encore en 2015 l'opposant Boris Nemtsov, sous les murs mêmes du Kremlin.

C'est encore lui qui a fait parler de lui il y a quelques semaines pour avoir fait enlever, puis torturer des dizaines d'homosexuels tchétchènes, dont le chanteur Zelimkhan Bakaev, disparu en août dernier et dont on est toujours sans nouvelles.

Vous me direz que de ce point de vue, l'Egypte officielle ne se sentira pas dépaysée : elle aussi a décidé d'arrêter, de poursuivre et d'emprisonner des chanteurs, des danseurs et des dizaines d'homosexuels. Alors « Marhabbah » en Tchétchénie !

On reste en Russie pour le sommet très masculin de Saint Petersbourg...

Il fallait pas la chercher Christine Lagarde : après de longues minutes d'attente à écouter ses homologues et collègues – tous masculins – parler, elle s'est avancée vers le micro pour dire : « Je suis la cinquième à intervenir et, incidemment, la seule femme ».

En fait, elle venait de se comparer à Richard Burton, le 5ème mari d'Elisabeth Taylor. Une façon bien à elle, élégante, très française, de souligner tout de même son agacement : a ce sommet, dit le Davos russe, les femmes étaient ridiculement absentes.

A la table ronde, « l'avenir du journalisme », les femmes qui étaient sensées parler se sont faites porter pâle. Une seule table ronde dédiée au femmes entrepreneuses. Par contre, pleins d'hôtesses en talons aiguilles. Donc chapeau bas à la patronne du FMI

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.