Cet incendie dans un centre commercial et de loisirs est un drame incommensurable pour toute la Russie et au-delà. Le décompte macabre s'est arrêté le 25 mars dernier à 64 victimes. On ne saura probablement jamais le nombre exact des victimes.

Comme toujours en Russie, dès que la colère gronde avec raison, les chiffres deviennent politiques. Or la colère gronde sourdement à Kemerovo.

Contre la corruption des autorités qui n'ont pas exercé leur pouvoir de contrôle, contre les propriétaires de ce centre commercial qui ont fait passé leur profit personnel avant la sécurité, contre l'état lamentable des infrastructures russes en général.

D'un côté la Russie dépense 12 milliards de $ pour la Coupe du monde de foot 2018 ; de l'autre, des routes, des ponts, des aéroports, des trains hors d'âge : la Russie se classe au 93e rang mondial en terme de qualité d'infrastructures. 8 places derrière l'Inde !

Ce n'est pas du tout l'image qu'elle renvoie !

Non, parce que l'image qu'elle renvoie, c'est l'image qu'elle se donne : pour beaucoup, la Russie c'est les JO Sotchi et ses 40 milliards de $ dépensés, c'est une armée capable de faire plier l'Ukraine et d'annexer la Crimée ou de renverser la table en Syrie.

La Russie, ce sont 8 000 têtes nucléaires, un sixième des terres émergées, le plus vaste pays du monde et le premier producteur de pétrole de la planète avant l'Arabie saoudite. Tout cela est vrai, mais tout cela est avant tout un problème avant d'être la solution.

8 500 ogives nucléaires, c'est 8 500 armes de destruction massives qui ne servent à rien, c'est leur principe, mais par contre qu'il faut entretenir à grand frais. Peu importe que la Russie ait un plus gros bazooka que la France, puisqu'elle ne peut rien en faire !

Par contre, savez-vous combien de porte-avions possède la formidable marine russe ? Un l'Amiral Kouznetzov, comme la France. Elle ne possède guère plus d'une dizaine de sous-marins nucléaire d'attaque, plutôt âgés, contre 6 pour la France, 10 ans plus récents.

Laissez-moi vous donner quelques comparaisons qui me semblent éclairantes : l'économie russe est plus petite que celle de la Corée du Sud, son budget militaire plus réduit que celui de l'Arabie saoudite, les Russes sont plus pauvres que les Kazakhs.

Ce n'est pas moi qui invente ces chiffres : ils sont tirés des statistiques russes ! Tout bêtement. Pour être encore plus clair : l'économie russe est fois plus petite que celle de la France alors que sa population est deux fois plus importante que la nôtre.

Ils n'ont donc pas les moyens d'investir dans les infrastructures ?

Oui et non. Avec la même somme, la même richesse nationale, l'Espagne s'est couverte en 30 ans de voies de TGV, d'autoroutes flambants neuves, d'hôpitaux et d'écoles. Au point d'avoir aujourd'hui plus de kms de TGV que la France, par exemple.

Où sont les TGV russes, les milliers de kms d'autoroutes, les ports en eaux profondes ? Des stades de foot, oui ; des aéroports neufs en province, non ! Par contre des accidents de train, de métro parfaitement prévisibles, des incendies meurtriers, partout !

On les oublie tant ils sont fréquents : juillet 2014, 24 morts dans le déraillement du métro de Moscou ; juillet 2015, 23 soldats tués dans l'effondrement de leur caserne à Omsk ; décembre 2015, 23 morts dans l'incendie d'une clinique à Voronezh.

Ce dernier désastre est d'autant plus écoeurant que les mêmes raisons, l'incendie, dans deux structures équivalentes, des cliniques publiques, avaient fait deux ans plus tôt, en 2013, 37 morts et 38 morts dans la région de Novgorod et de Moscou.

Voilà pourquoi la colère gronde à Kemerovo, parce que les russes savent parfaitement que ce qui est dépensé en armes, en guerres lointaines et en arsenal nucléaire inutile n'a pas été investi dans la sécurité et l'entretien de leur centre commercial.

  • Comme tous les derniers jeudis de chaque mois, on retrouve Anthony Bellanger demain 29 mars, à partir de 19h, à l'Institut du monde arabe pour vos « Rendez vous de l'actualité ». 
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.