Après 22 ans de procédure, Delphine Boel a obtenu la reconnaissance en paternité qu'elle souhaitait tant. Désormais elle sera Son Altesse Royale Delphine de Saxe-Cobourg, princesse de Belgique.

Delphine Boel, aujourd'hui Delphine de Saxe-Cobourg, princesse de Belgique.
Delphine Boel, aujourd'hui Delphine de Saxe-Cobourg, princesse de Belgique. © AFP / Thierry Roge

C’est la fin d’une bataille juridique et royale en Belgique et comme toujours dans les contes : ils furent heureux et eurent beaucoup d’enfants ! La version belge c’est plutôt : il fut heureux et eut 4 enfants. Il, c’est l’ex-roi Albert II, ses 3 enfants avec la reine Paola et une nouvelle princesse : Delphine de Belgique.

Trois enfants dont l’actuel monarque Philippe et donc « l’enfant de l’amour », à savoir Delphine Boel, née hors mariage il y a 52 ans, et désormais Son Altesse Royale Delphine de Saxe Cobourg.

Pour sceller cette réunification familiale, après 22 ans de procédures pour obtenir une reconnaissance en paternité, une photo a donc été prise « ce dimanche matin, du roi, de la reine, de la petite princesse » autour de quelques biscuits.

Delphine Boel et le Manneken-Pis pèteur

Elle est la fille d’une aristocrate et donc de l’ancien roi des Belges âgé aujourd’hui de 86 ans. Elle est surtout artiste plasticienne et, à regarder ses œuvres, on comprend pourquoi la famille royale belge a hésité à l’inclure dans le cercle familial : inspirée tantôt par le pop’art, tantôt par Niki de Saint Phalle, on y trouve des fauteuils à double tête de vache, un immense Manneken-Pis péteur et botté de talons aiguilles ou des objets-phrases du style : « la vérité rend libre » dont le message est transparent.

Cette photo vient donc couronner – j’ose – une séquence judiciaire qui s’est achevée le mois dernier par un jugement définitif faisant d’elle la fille de son royal père. Le blason, le nom et le prédicat d’altesse royale ont suivi pour elle et ses deux enfants.

Photo prise le 25 octobre 2020 avec, de gauche à droite, l'ancienne reine belge Paola, l'ancien roi belge Albert II et la princesse Delphine de Saxe-Cobourg
Photo prise le 25 octobre 2020 avec, de gauche à droite, l'ancienne reine belge Paola, l'ancien roi belge Albert II et la princesse Delphine de Saxe-Cobourg © AFP / Palais Royal de Belgique

La Belgique et la Covid19

Bien sûr ! Mais tellement plus déprimant ! Prenez la pandémie de Covid19, par exemple. La Belgique est le 2e pays au monde en nombre de morts par million d’habitants : 939, c’est-à-dire grosso modo, 2 fois le chiffre français !

Et l’avenir est sombre : la Belgique détient le taux d’incidence record en Europe, avec 1165 cas pour 100 000 habitants, juste derrière la République tchèque : plus du double du taux français ! On parle là-bas officiellement de « catastrophe sanitaire » à venir.

Thé et spéculoos

Franchement, je suis incapable de vous répondre : la Belgique a tout bien fait. Elle a confiné quand il fallait, ses services de santé sont de première catégorie, elle n’a jamais mégoté son financement ni son modèle social. Ou en tous cas, pas plus qu’en France.

Il n’y a guère que la malchance d’être un territoire très densément peuplé et celle d’être un carrefour européen particulièrement actif qui peuvent expliquer une telle punition épidémique. Mais pourquoi plutôt la Belgique que les Pays-Bas voisins, mystère.

Il faut donc rester humble avec cette épidémie et son évolution. Revenons donc aux choses simples : sitôt après avoir rencontré son royal papa, la princesse Delphine est allée prendre un thé au spéculoos avec son demi-frère de roi. Jusqu’ici tout va bien…

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.