La presse catalane est très embêtée ce matin

Tout simplement parce que le résultat des élections est bien difficile à lire. D'ailleurs, l'éditorial ce matin d'El País titrait : « défaite et victoire ». Victoire parce que les nationalistes ont la majorité au Parlement.

Défaite parce que la coalition majoritaire, Junts Pel Si, « Ensemble pour le Oui », ne dépassent pas 50% en voix. En résumé, les nationalistes catalans ont gagné les élections et perdu le plébiscite. Dans l'édito du grand quotidien catalan de centre-droit Le Vanguardia ça donne des phrases totalement ineptes : « une des principales conclusions du résultat de ces élections régionales, c'est que la société catalane est très plurielle ». Ou encore : « une polyphonie de voix qui définit une société très complexe mais aussi très ouverte, mûre et participative ».

Etait-ce bien la peine de se lever pour écrire des banalités pareilles ? Mais l'embarras est le même pour un quotidien catalaniste comme El Punt – Avui : à la une, une injonction qui marque une certaine impuissance : « Choisis, Europe ! », comme s'il revenait aux Français, aux Allemands, aux Italiens de décider de l'avenir de la Catalogne. Bref, drôle d'élection, drôles de résultats et pas mal d’ennuis à venir.

__

Une histoire de céréales à Londres

Il y a eu des rixes à Londres ce week-end. Cela s'est passé dans le quartier de SHOREDITCH qui se trouve dans l'Est de la capitale britannique.

Samedi soir, une centaine de manifestants s'en est pris à un restaurant en particulier : le Cereal Killer Cafe. Ils ont terrorisé les clients qui ont été obligés de se barricader à l'intérieur, ont maculé la vitrine et ont même réussi à entrer et à tout renverser. Je vais vous décrire le concept : le café en question vend des paquets de céréales « vintages » et d'autres venues des 4 coins du monde.

On y trouve par exemple des céréales sud-coréennes ou encore américaines : l'idée c'est de mélanger ces céréales avec du lait – une dizaine de sortes au choix, et d'ajouter par-dessus de la banane, des marshmallows, du chocolat... Le tout pour 5 livres, c’est-à-dire presque 7 euros.

En fait, il faut vivre à Londres pour comprendre la révolte des habitants de Shoreditch. Je vous l'ai dit tout à l'heure, Shoreditch, c'est l'âme ouvrière et populaire de Londres. Un quartier très populaire : le quartier des Cockneys, les titis londoniens. Or, petit-à-petit Shoreditch se gentrifie, les loyers augmentent, les maisons sont restaurées avec goût, on a vu apparaître des cafés aux noms français, puis on s'est mis à servir des expressos dans les pubs. Des magasins bios se sont installés.

Les rixes de ce week-end, ce serait donc une révolte anti-bobos.__ En l'occurrence, celles de ce weekend ont été organisées par un groupe anarchiste (la Fuck Parade), mais qui a parfaitement su tirer parti du ras-le-bol d'une partie des Londoniens. Un chiffre : en 5 ans, le nombre d'enfants bénéficiant de la cantine gratuite dans le centre de Londres a chuté d'un quart.

Et ce n'est pas parce qu'ils sont devenus soudain riches : c'est parce que des dizaines de milliers de familles ont été expulsées du centre de Londres par la spéculation immobilière.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.