Par Etienne Monin

Le Mossad suspecté après la mort inexpliquée d'un jeune palestinien

C’est en Bulgarie, dans l’enceinte de l’Ambassade Palestinienne à Sophia. J eudi dernier à 7h30 du matin un corps est découvert dans la cour. Il s’agit de Omar Nayef Zayed et il est en train de rendre son dernier souffle.

Depuis, sa mort est devenu un nid à spéculations. Omar Nayef Zayed est un membre du FPLP, une organisation Marxiste-léniniste, connue pour ces actions violentes et spectaculaire dans les années 70 et 2000. A Sofia en Bulgarie, Omar Zayed est un fugitif recherché par les Israeliens depuis les années 90.

Le palestinien a été condamné à vie, jugé coupable de meurtre contre un étudiant d’une école talmudique

C’était en 1985 dans la vieille ville de Jérusalem. Il a été emprisonné en Israel mais a réussi à s’évader, lors d’un séjour à l’hôpital. Depuis Omar Nayef Zayed a refait sa vie : il s’est marié et a obtenu la nationalité Bulgare. Mais son passé l’a rattrapé 20 ans après. Il y a trois mois, les Israéliens ont demandé son extradition. Et il s’est réfugié dans l’ambassade palestinienne.

Patrouille devant le Dôme du Rocher à Jérusalem.
Patrouille devant le Dôme du Rocher à Jérusalem. © Reuters

Pour l’Autorité palestinienne sa mort est criminelle. Des proches cités par le journal IsraélienMa'ariv parlent de coup de couteaux. Le procureur de Sophia dit qu’il n’y a pas de traces de coups de feu.

Le Jerusalem Post considère que le fond de l’enquête c’est de savoir s’il est tombé seul des étages ou s’il a été poussé.

Dans cette zone de mystère, les accusations pleuvent...

Les proches dénoncent une opération du Mossad. Un frère accuse l’ambassade de non-assistance à personne en danger. Et un haut dirigeant du Hamas prévient que le responsable, quel qu’il soit, aura à rendre des comptes. Yossi Melman, dans la presse Israélienne, considère son pays comme principal suspect. Il n’exclut pas un règlement de compte entre palestiniens, mais il rappelle aussi les assassinats par le Mossad des membres de l’OLP dans les années 70 et 80. Et il avance, sur la base de sources étrangères, que ce type d’opération continue.

Le Mossad est soupçonné d’avoir éliminé d’après lui des scientifiques irakiens et iraniens.

La revue de presse en direct de Jérusalem

La presse israélienne titre sur les mesures de sécurités pour répondre à la dernière attaque palestinienne.

L’une des principales colonies de Cisjordanie sera fermée aux travailleurs palestiniens pendant cinq jours. Maalé Adumim est un important pôle économique et un garde y a été sérieusement blessé il y a quelques jours dans une attaque à la hache dont les images circulent sur internet.

Les accès sont donc restreints, mais la zone industrielle reste accessible aux travailleurs palestiniens, ce qui limite la portée de cette décision.

On parle également de Mohamed Al Qiq. Ce journaliste palestinien a stoppé sa grève de la faim d’une durée spectaculaire de 94 jours. C’était un acte de protestation pour dénoncer son régime de détention. Il a été placé en rétention administrative, accusé d’être un militant du Hamas engagé dans des activités terroriste.

La rétention administrative est une mesure extra judiciaire, qui permet une incarcération sans moyen de défense pour une durée illimitée. Six-cents palestiniens sont actuellement détenus sous ce régime d’après le Jerusalem Post.

Enfin cette histoire dans Haaretz . La justice va devoir trancher une situation de conflit qui arrive parfois dans les avions . Elle a été saisie par une dame de 81 ans qui a fait la liaison New York –Tel Aviv avec la compagnie israélienne El Al et à qui un personnel de bord a demandé si elle pouvait changer de siège, pour ne pas importuner un ultra-orthodoxe installé dans la même rangée. Il faut savoir que les ultras orthodoxes ont un code de vie particulièrement restrictif avec les femmes. Cette vielle dame a donc porté plainte pour discrimination... et elle dit qu’elle a beaucoup d’autres exemples similaires à faire valoir.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.