Aujourd'hui, direction l'Australie où le gouvernement a payé six millions de dollars, un film pour décourager les réfugiés...

C'est-à-dire environ quatre millions d’euros ! Quatre millions d'euros d'argent du contribuable pour 30 secondes de film prêt à diffuser à la télévision afghane. On ne va revenir sur le fait, qu'à mon avis, le gouvernement australien s'est fait avoir sur le montant, mais tout de même.

Avec quatre millions d’euros, en France, on fait un long métrage, certes pluvieux et tourné dans un appartement haussmanien , mais tout de même ! Il faut dire que ces 30 secondes s'apparentent à une superproduction : trois pays visités, des dizaines d'acteurs, un vaisseau en perdition... Bref, une débauche de moyens pour un seul message aux "damnés de la Terre " : ne venez pas en Australie, le voyage est impossible, en chemin vous trouverez des policiers corrompus, des passeurs avides et des éléments déchaînés et à la fin… la mort.

Des migrants tentent de trouver une nouvelle route pour passer en Macedoine
Des migrants tentent de trouver une nouvelle route pour passer en Macedoine © Wostok Press/MaxPPP / Jacopo Landi

Pourquoi s'adresser aux Afghans ? Parce que les Syriens et les Irakiens vont plutôt vers l'Europe, vers l'Allemagne ou la Grande Bretagne . Ils évitent soigneusement la France, cela dit au passage.Les Afghans, eux, préfèrent l'Australie où vit déjà une forte communauté afghane.

On l'oublie, mais les Afghans sont la seconde nationalité pourvoyeuse de réfugiés au monde, après quinze années de guerre dans leur pays. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que les Australiens se paient une pub à la télé afghane pour décourager les candidats.

En 2013, ils avaient payé 350 000 € pour une pub qui expliquait aux Afghans que s'ils parvenaient en Australie, ils resteraient enfermés des années et, à la fin, seraient renvoyés, endettés, vers leur pays d'origine. Sympathique, non ?

Mais pour tout dire, les australiens ne sont pas les seuls à utiliser la télé ou la presse pour faire passer ce message : le gouvernement danois, en septembre dernier, a passé une sorte d'avertissement aux réfugiés dans la presse libanaise :

Là aussi, le message était limpide : «Le Danemark vient de réduire de 50% les allocations dédiées aux réfugiés et renverra, dans son pays, tout réfugié débouté ». Suit alors une longue liste de mesures répressives. En clair, RESTEZ CHEZ VOUS !

Une revue de presse pakistanaise au lendemain de l'attentat de Lahore qui a fait, selon le dernier bilan, 72 morts et des centaines de blessés...

Avec peut-être, le pire article qu'il m'ait été donné de lire cette année, publié par le quotidien pakistanais The Nation est qui fait tout simplement les comptes : les comptes précis des morts dans des attentats terroristes ces quatre dernières années au Pakistan.

__

« 117 attentats perpétrés en quatre ans dans le pays, qui ont fait un total de 1 700 victimes et plus de 1 800 blessés. Rien que pour les trois premiers mois de 2016, 127 personnes ont perdu la vie et 200, blessées dans sept attentats terroristes ».

Cela fait froid dans le dos.

Et pourtant, ajoute The Nation , « il n'est pas surprenant que les Chrétiens du Punjab aient été visés après les controverses religieuses » de ces dernières semaines. Le problème est que si ça n'a rien de surprenant, pourquoi ne pas l'avoir prévenu ?

« En cette période de Pâques, les forces de sécurité auraient dû être mises en alerte maximum. D'autant que les Chrétiens du pays sont fréquemment la cible des attentats terroristes. » Quand le gouvernement va-t-il décider de mieux protéger les minorités ? »

L'autre grand quotidien pakistanais, Dawn , publie pour sa part un long article très personnel : «Dimanche, le parc, où j'avais l'habitude d'effleurer les parterres fleuris, était couvert de sang et de chair humaine ».

Et plus loin, cette prédiction presque désespérée : « Peut-être, l'ennemi vit-il plus plus profondément parmi nous que nous l'imaginions et qu'il faudra de nombreuses années avant de nettoyer la saleté que nous avons laissé s'enkyster depuis des années. »

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.